LA RUMEUR DE L'EAU, LE NOUVEAU FILM DE TAIEB LOUHICHI

 2016-12-27 09:50:55

 

L’espace comme un défi



 

Par : Salem Trabelsi — lapresse.tn — le 25-12-2016



 

En février 2014, Taïeb Louhichi sortait sur les écrans son dernier film, «L’enfant du soleil» et voici qu’il est en train de signer un nouveau retour avec «La rumeur de l’eau», un film très différent de ses précédents films, tant  par sa thématique que par son traitement, le tournage s’étant entièrement déroulé à Sidi Bou Saïd.

 

«J’ai continué de rêver, tout simplement», nous déclare Taïeb Louhichi.

«Anas, metteur en scène, la soixantaine, revient au pays après la révolution. Il choisit Sidi Bou Saïd et le Musée de la Musique (ex-palais du Baron d’Erlanger) pour remonter l’opéra de « Didon et Enée » de Henri Purcell, un projet qu’il avait abandonné vingt-cinq ans auparavant. Les habitants du village, et surtout les vieux, ne sont pas heureux de sa présence.
Les jeunes non plus. Un soir, ces derniers l’intimident et le menacent. Ils ne veulent ni de lui ni de son opéra, et cela à cause de son passé sombre. On l’accuse d’avoir trahi ses camarades, alors que lui prétend avoir été piégé par la police qui l’avait obligé à fuir à l’étranger…

 

Le metteur en scène est aussi de retour sur les lieux d’une grande histoire d’amour avec sa première cantatrice, Elyssa, enceinte de lui. Elle avait perdu la voix après une grande dépression suite à la perte de l’enfant. 
Elle avait été recueillie par le peintre Amara après le départ précipité d’Anas. Depuis, Elyssa le hante : il entend sa voix de soprano qui s’élève dans la nuit et croit même voir sa silhouette dans les rues du village ».
Voici le synopsis du nouveau film de Taïeb Louhichi, dont le tournage a pris fin il y a plus de deux mois et qui est actuellement en phase de montage. Les rôles sont distribués comme suit : Hichem Rostom, le metteur en scène de l’opéra, Jamel Madani dans le rôle de Bahri, Ombretta Macchi joue la cantatrice et Hassen Doss le ténor, Fatma Ben Saïdane participe dans le rôle de la costumière.
«J’ai fait plusieurs versions de ce scénario et je voulais tourner dans un lieu proche de chez moi, un lieu où je peux imaginer des choses et traiter l’espace. On m’a collé l’étiquette du désert, une étiquette que j’aime bien d’ailleurs».

 

La problématique de l’espace est récurrente dans le cinéma de Taïeb Louhichi : «Je vois l’espace comme un défi».
«Comment traiter un espace, du plus grand au plus petit, c’est ce qui m’intéresse dans ce film, en plus du va-et-vient entre le réel et l’imaginaire». 
Lotfi Layouni, le producteur délégué de ce film, a déclaré : «comme pour tout film tunisien, on souffre de difficultés financières.

 

Le financement n’est jamais complet, comme c’est prévu au départ. Mais à côté de ces peines, on éprouve de la joie de faire un film… », et il ajoute « j’ai produit tous les films de Taïeb Louhichi depuis “L’ombre de la terre” en 1981 jusqu’à ce jour. J’aime tout ce qui le caractérise en tant que cinéaste si particulier. Nous avons réuni une belle équipe de comédiens et de techniciens. Et je trouve que ce film est très différent des précédents autres films de Taïeb qui aime beaucoup la musique et l’opéra, je pense qu’il rêvait de faire un film sur l’opéra. Aujourd’hui, il réalise son rêve avec «La rumeur de l’eau»», conclut-il.
La sortie du film est prévue pour le mois d’octobre 2017.



 

Auteur : Salem Trabelsi

Ajouté le : 25-12-2016



 

Source : http://www.lapresse.tn/