EGYPTE — LE CINÉMA TUNISIEN À L’HONNEUR : «ZIZOU» REMPORTE LE PRIX DU MEILLEUR FILM ARABE AU CAIRE

 2016-11-25 19:45:09

 

Le film tunisien, «Zizou» de Férid Boughedir, a remporté le prix du meilleur film arabe de l’année, lors de la cérémonie de clôture du Festival International du Film du Caire (14-24 novembre 2016), dans la compétition «Prospects of Arab cinéma», où ont été sélectionnés les films les plus récents de plusieurs pays arabes dont l’Égypte, le Maroc, l’Algérie,  le Koweit, l’Arabie Saoudite et la Jordanie.

 

 

Le réalisateur n’ayant pu faire le déplacement  en Egypte, la projection du film a eu  lieu le 17 novembre dans la salle du théâtre de l’Opéra du Caire, qui affichait complet pour la circonstance, en présence de l’ambassadeur de Tunisie en Egypte SE Mohamed Nejib Mnif. La comédienne principale du film, la jeune Sarra Hannachi, a reçu des mains de l’actrice  égyptienne Ilhem Chahine le trophée remporté par le film lors de la soirée de clôture.


Ce Prix, récompensant la troisième et dernière partie de la trilogie cinématographique du cinéaste (récemment qualifiée par l’écrivain et poète Tahar Bekri de «chant d’amour à la société tunisienne, révélée dans sa vérité par le biais de l’humour») représente un beau «doublé» pour le réalisateur tunisien, qui avait déjà remporté au Festival du Caire en 1990, pour son premier long-métrage «Halfaouine» (Asfour Stah), le même «Prix du meilleur film arabe de l’année» des mains de l’acteur Omar Sharif, déclarant à cette occasion que «le cinéma tunisien était l’un des plus novateurs et inventifs du monde arabe».


 

Après sa sortie en Tunisie le 25 septembre 2016, sortie marquée par une affluence populaire record dans la quasi-totalité des salles du pays pendant plus de quatre semaines, le film a été présenté en octobre à la dernière session des «Journées Cinématographiques de Carthage» en «Hors compétition» : ceci à la demande expresse du réalisateur, déjà lauréat du «Tanit d’Or» pour «Halfaouine» en 1990 et du Prix de la meilleure interprétation masculine pour «Un Été à La Goulette» en 1996. La session 2016 du festival lui a décerné son «Prix du 50e anniversaire» du Festival, à la fois pour ses films, et aussi pour sa contribution permanente à l’organisation de la manifestation, qu’il a dirigée à plusieurs reprises.


Au lendemain des JCC, et avant même le Prix remporté au Festival du Caire, Ferid Boughedir a été placé en 2016 par l’hebdomadaire britannique «The Middle East Magazine» dans le «Top 50» des personnalités arabes les plus importantes de 2016. Il est le seul tunisien choisi, aux côtés de l’écrivaine égyptienne Nawel Saadaoui et de la chanteuse libanaise Fayrouz, pour «un talent artistique qui a réussi, à travers ses  films, à promouvoir une image positive de son pays à l’échelle mondiale».

Malgré un court «buzz» négatif lancé par quelques internautes tunisiens, à la suite d’un sketch à l’humour mal compris, lors de la soirée d’ouverture du Festival, «buzz» parfaitement clarifié ensuite par le réalisateur, (notamment sur les sites de «Kapitalis» et de «Mosaïque»), l’année 2016 semble donc bien être celle de la grande consécration pour le cinéaste, critique, historien, militant panafricain et universitaire tunisien, à la polyvalence assumée, qui a pu parcourir avec la même passion tous les champs du cinéma, qu'il déclare avoir découvert depuis l’enfance, à Tunis,  dans les fêtes foraines de Ramadan sur la place «Halfaouine» !