ALGÉRIE — UN FILM ALGÉRO-TUNISIEN SUR L'HISTOIRE DE SAINT-AUGUSTIN

 EL-WATAN 22-11-2015 — Le ministre de la culture, Azzedine Mihoubi, l’a annoncé hier : Un film algéro-tunisien sur l'histoire de Saint-Augustin

L’Algérie et la Tunisie vont réaliser un film historique sur Saint-Augustin.
C’est ce qu’a annoncé, hier à Annaba, le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, en marge d’une visite de travail et d’inspection des infrastructures qui abriteront les projections du prochain Festival du cinéma méditerranéen prévu du 3 au 10 décembre dans cette ville.

«C’est Samir Seif, un réalisateur égyptien, qui a été chargé de cette mission.
Des acteurs algériens et tunisiens incarneront des personnages historiques pour retracer le vécu d'Augustin d'Hippone, né à Thagaste (Souk Ahras) le 13 novembre 354 et mort le 28 août 430 à Hippone (Annaba)», a expliqué le ministre sans révéler le nom de l’acteur qui incarnera le rôle principal de ce philosophe et théologien chrétien qui a fait ses études à Carthage (Tunisie).


Et d’ajouter : «Ce film, dont plusieurs séquences ont déjà été tournées, sera prêt à être projeté au cours de l’année 2016.»  Face à la curiosité de l’assistance sur ce projet, le ministre de la Culture n’a pas voulu s’étaler sur le sujet, préférant se concentrer sur l’objet de sa mission : l’inspection des préparatifs du Festival du cinéma méditerranéen. Sur ce registre, il semble satisfait quant à la disponibilité à tous les niveaux des trois lieux de sa visite qui l’ont amené au théâtre régional Azzedine Medjoubi (TRA), au palais de la culture Mohamed Boudiaf et à la bibliothèque qui abritera le centre de presse de cet événement culturel.


«Nous avons dégagé une enveloppe de 60 millions de dinars pour assurer le bon déroulement de ce rendez-vous. Cependant, la Cinémathèque ne sera pas retenue pour cette manifestation, car elle accuse un retard dans les travaux de rénovation et l’acquisition des équipements. C’est une course contre la montre pour être prêts et honorer nos engagements», a-t-il affirmé.


Sur le choix de la date du Festival qui coïncide avec la saison hivernale, Laïd Hadji, président de l'APW de Annaba, a estimé : «Cette manifestation culturelle assurera une animation à la wilaya en basse saison et Annaba développera son tourisme en s’appuyant sur cette étiquette culturelle méditerranéenne».


Par ailleurs, force est de relever que le ministre de la Culture a «éludé» le chantier de la rénovation de la stèle de l’ancien président Mohamed Boudiaf, à l’entrée du Palais de la culture, dont la salle est retenue pour la projection de certains films de ce Festival.

Gaidi Mohamed Faouzi

Source : http://www.elwatan.com