Rejoignez-nous !

Propulsé par HelloAsso

Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

PORTEE DISPARUE
Titre original: بوسعدية
Catégories Court métrage
Année: 1968
Pays d'origine: Tunisie
Durée: 15 minutes
Production: Fédération Tunisienne des Cinéastes Amateurs - Club d'Hammam-lif
Direction: Ridha Baccar
Notules/anecdotes Format : 16 mm, noir et blanc.
Jaquettes [Veuillez vous connecter pour télécharger la jaquette]
 
Synopsis:
Ce film se présente en trois tableaux. Dans le premier, Baccar nous présente Bousaadia au «bon vieux temps» jouant dans la rue au milieu de son cercle habituel d’admirateurs qui lui jettent des pièces de monnaie en signe de considération pour son art. Le deuxième tableau nous présente Bousaadia encore une fois dans la rue. Mais les temps ont révolue et les gens aussi (sic) Bousaadia n’est plus «dans le vent» (Johnny Hallyday l’a remplacé. Personne ne s’arrête plus gouter l’art de Bousaadia, ce dernier a beau courir et livrer une véritable chasse aux badauds rien n’y fait, Bousaadia est devenu un anachronisme au \ milieu de notre société «évolué». Si le film s’était arrêté là, j’aurai été le premier à le condamner. Mais, et c’est là le génie de Ridha Baccar s’affirme sans équivoque, il y a un troisième tableau : Bousaadia rentre chez lui, il s’enferme dans sa chambre, et l’air noblement résigné, se remet à jouer et à danser. Pour lui, tout seul Bousaadia n’est donc pas un vulgaire personnage. C’est un artiste. Pour lui, jouer n’est pas un gagne-pain autrement, il se serait empressé d’aller s’inscrire à un «chantier de bonheur», c’est-à-dire un chantier de chômage. Pour lui, jouer, c’est s’exprimer, se défouler, respirer, c’est vivre. C’est toute l’âme. C’est la Tunisie authentique et impérissable. Bien sur son accoutrement est plus dérisoire. Mais derrière ces apparences, il y a des siècles d’histoire et quatre millions de tunisiens qui respirent par les pores de cet homme et de ses semblables, quatre millions dont le cœur bat à la cadence de la musique de Bousaadia. Mustapha NAGBOU GOHA n°12
Vote:
0/10 ( 0 Votes )
Clics: 760
Bande annonce: 0 Critiques: 0 Commentaires: 0
Écrire un commentaire pour ce film Écrire un commentaire pour ce film
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous enregistrer...
A aller voir au cinéma A aller voir au cinéma...
LA MER AUSSI AIME LE BLUES LA MER AUSSI AIME LE BLUES
Une jeune femme rencontre un jeune pêcheur sur une belle plage déserte. Ils parlent de la nature et de la mer. Alors qu’elle exprime son rêve de «se fondre entièrement dans la nature comme un poisson dans l’eau», il affirme sa liberté et son indépendance à travers une vie simple et autosuffisante au bord de la mer... Ils s'amusent dans l'eau et finissent par faire l'amour. Citation extraite du film : «Je l’ai aimé spontanément sans connaitre son nom, ni son identité. Nous avons fait l’amour...
ECLIPSES ECLIPSES
Hind, productrice et présentatrice vedette d’une émission populaire de télévision, s’éprend d’un Commissaire de police Lassâad, qui enquête sur le meurtre d’un entrepreneur dans le bâtiment, assassiné par sa belle fille. Ils découvrent ensemble un réseau de passeurs de jihadistes vers la Syrie et essayent, avec la complicité d’un juge d’instruction Iyadh, de le démanteler....
À PEINE J’OUVRE LES YEUX À PEINE J’OUVRE LES YEUX
Tunis, été 2010, quelques mois avant la Révolution, Farah 18 ans passe son bac et sa famille l’imagine déjà médecin… mais elle ne voit pas les choses de la même manière. Elle chante au sein d’un groupe de rock engagé. Elle vibre, s’enivre, découvre l’amour et sa ville de nuit contre la volonté d’Hayet, sa mère, qui connaît la Tunisie et ses interdits. À travers l’histoire de Farah, jeune musicienne avide de liberté et de musique, Leyla Bouzid revient sur la fin des années Ben Ali, moment charn...

Autres films Au hasard...
Copyright © 2006-2007 Jmovies.eu - Powered by Luscarpa


 

Powered by  MyPagerank.Net