Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 
 
 

 

 

 

 


 


 

 

 
 
 
 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 524
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 72
Jaquettes: 0
SABIHA
Titre original: SABIHA
Catégories Court métrage
Année: 2008
Pays d'origine: Tunisie
Durée: 24 minutes
Production: Indépendante
Direction: Samed HAJJI
Notules/anecdotes Scénario et réalisation : Samed HAJJI Montage : Samed HAJJI Son : Mohamed SAHLI Mixage : Mouna MEJRI Musique du générique : Mohsen MATERI
Jaquettes [Veuillez vous connecter pour télécharger la jaquette]
 
Synopsis:
«SABIHA» ou la force de l’art «Sabiha» est un documentaire dans lequel le jeune réalisateur Samed Hajji brosse le portrait d’une femme potière de Sejnane, un village des montagnes de Koumirie, au nord est de la Tunisie. Cette potière de quarante ans a appris cet art grâce à sa mère et a réussi à s’imposer sur la place et ailleurs. «Je suis artiste», dit-elle dans le film. C’est en effet le pari du jeune réalisateur Samed Hajji : celui de montrer dans quelle mesure l’art est une issue pour donner un sens à une vie, perpétuer une tradition millénaire et sortir de la misère qui affecte cette région. C’est ainsi que par le truchement de la caméra, Sabiha nous apparaît toujours à l’œuvre, les mains dans le tin. Le film retrace en effet toutes les étapes de la création dans une nature splendide en dépit de son hostilité : la recherche de l’argile, sa préparation, son modelage sans recours à un quelconque outil. Seules les mains et les doigts donnent au tin des formes diverses et variées grâce à l’imagination et au savoir-faire de la potière. Nous la voyons tantôt marchant dans la forêt, tantôt accroupie ou assise à même le sol donnant vie à l’objet. Le tournage du film n’a duré qu’une journée. Sabiha s’est prêtée au jeu du réalisateur et de sa jeune équipe. Ce sont en effet des pans de sa vie qui sont racontés par le personnage qui se livre à des confidences avec toute la spontanéité qui lui est propre. Samed Hajji a réussi à capter ces instants, ces moments d’une vie mais aussi d’une création car l’identification entre les deux est si forte que Sabiha, dans son drame de solitude tel qu’elle le raconte, assimile ses créations aux enfants qu’elle n’a pas eus et qu’elle aurait aimé avoir. La caméra s’attarde alors sur chacun des objets qui peuplent son atelier et qui forment son monde : ses jattes et ses braseri, ses cruches et ses bols, ses maâjnas et ses bormas, ses coquetières et ses keskes, ses vases et ses tajins, ses tebsis et ses methreds, etc… faits tous de tin, d’argile, seule richesse d’une terre peu docile…mais aussi sur ses mains abîmées par le travail et sur son visage qui porte à la fois sa souffrance et son bonheur de créer. Car dit-elle, «arrêter de créer équivaut pour moi à ma mort». Le film qui ne dure que 24 minutes narre, par le moyen du rythme des images, de la musique, des bruits sonores, des cris des bêtes…, le destin d’une femme artiste. Et avec quel naturel ! et quelle spontanéité ! Tout doit être dit sans artifice. Comme tout n’est pas seulement parole. Le cinéma offre une variété de techniques et d’outils que le réalisateur doit savoir utiliser. Dans ce film qui est une petite création, il existe des séquences esthétiquement belles tels le mouvement des champs qui caresse le visage de Sabiha en train de chanter, ou celui de sa bouche d’où aucune parole n’est entendue pour signifier que la réalité n’est pas seulement dans les mots et que les signes sont autres. Le film, quand bien même il serait un documentaire où demeure privilégié le réel, refuse de reproduire la réalité telle qu’elle se présente. Il l’a recréée selon le regard du jeune cinéaste qui, dit-il (voir Portrait de Samed Hajji plus loin), cherche à réinventer le réel. Car il ne s’agit pas dans ce film de dire la misère de Sabiha quoique cela apparaisse dans le décor mais de montrer la force qu’ont les humains de recréer leur réel et ce grâce à l’art qui permet surtout la survivance d’une tradition séculaire et la sauvegarde d’un patrimoine millénaire. Noura BORSALI
Vote:
0/10 ( 0 Votes )
Clics: 2703
Bande annonce: 0 Critiques: 0 Commentaires: 0
Écrire un commentaire pour ce film Écrire un commentaire pour ce film
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous enregistrer...
A aller voir au cinéma A aller voir au cinéma...
LES FRONTIÈRES DU CIEL LES FRONTIÈRES DU CIEL
Ce film raconte la descente aux enfers d’un couple ordinaire sur lequel pèse le poids de la société, de la culpabilité et de la mort. Sami et Sara, tunisiens, sont mariés depuis dix ans. Elle est enseignante, lui est architecte. Ils menaient une vie paisible et semblaient heureux, avant qu’un drame ne s’abatte sur eux… ...
NARCISSE NARCISSE
Hind, est très liée à son frère cadet Mehdi, chanteur homosexuel qui se fait assassiné par un homophobe. Hind réévalue son vécu et celui de Mehdi et réalise que ce dernier s’était affranchi des fardeaux du ressentiment et de la souffrance pour pouvoir vivre et qu’elle-même se doit de rompre le cercle vicieux....
ECLIPSES ECLIPSES
Hind, productrice et présentatrice vedette d’une émission populaire de télévision, s’éprend d’un Commissaire de police Lassâad, qui enquête sur le meurtre d’un entrepreneur dans le bâtiment, assassiné par sa belle fille. Ils découvrent ensemble un réseau de passeurs de jihadistes vers la Syrie et essayent, avec la complicité d’un juge d’instruction Iyadh, de le démanteler....

Autres films Au hasard...
Copyright © 2006-2007 Jmovies.eu - Powered by Luscarpa


ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

Powered by  MyPagerank.Net