Advertisement

Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 
 
 

 

 

 

 


 


 

 

 
 
 
 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 524
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 247
Jaquettes: 0
Le Chant des Mariées de Karin Albou Version imprimable Suggérer par mail

http://a69.g.akamai.net/n/69/10688/v1/img5.allocine.fr/acmedia/rsz/434/x/x/x/medias/nmedia/18/67/76/82/19008221.jpg

 

Le Chant des Mariées est le deuxième long métrage de Karin Albou, après le très remarqué et remarquable 'La Petite Jérusalem' en 2005 : portrait de deux soeurs entre désirs, traditions et philosophie, aujourd'hui à Paris.


L’histoire : "Tunis, 1942. Nour et Myriam, 16 ans, sont amies depuis l'enfance. Elles partagent la même maison d'un quartier modeste où Juifs et Musulmans vivent en harmonie…"

 

 

Cette fois encore, deux personnages féminins


Myriam et Nour, 16 ans à Tunis en 1942. La Tunisie est alors sous le "protectorat" de Pétain et les Nazis ne vont pas tarder à entrer dans la ville. Les deux jeunes filles partagent la même modeste maison d'un quartier où Juifs et Musulmans vivent paisiblement. Chacune vit en partie les rêves de l'autre : Myriam rêve d'amour tandis que Nour s'apprête à épouser un jeune homme qu'elle croit désirer, et Nour rêve de savoir et de lecture tandis que l'attitude rebelle de Myriam la fait presque renvoyer de son école.

 

 

http://a69.g.akamai.net/n/69/10688/v1/img5.allocine.fr/acmedia/rsz/434/x/x/x/medias/nmedia/18/67/76/82/18996365.jpg

 

Sauf qu'à mesure que la guerre avance, les conditions du mariage se compliquent et la paix du quartier vacille sous la propagande fascisante française. J'insiste : française, un an avant que les allemands n'arrivent à Tunis. Les Juifs sont soumis à une forte amende par l'Etat français, pour tous le travail et les ressources se font rares. Dès lors Myriam sera promise à un homme riche qu'elle n'aime pas, et le futur époux de Nour se résigne à accepter un travail sordide... Qu'adviendra-t-il de leur amitié ?

D'abord un grand, grand, énooorme bravo aux deux jeunes actrices : Lizzie Brocheré (Myriam) et Olympe Borval (Nour) justes dans leur fragilité et leur tendresse, qui portent dignement la très lourde et d'autant plus belle responsabilité que leur confie la réalisatrice. Heureusement les autres acteurs ne sont pas en reste (Simon Abkarian, la réalisatrice elle-même dans le rôle de la mère de Myriam...)

Loin des clichés sur la Tunisie,

Karin Albou choisit une atmosphère froide, hivernale pour raconter cette amitié fusionnelle bousculée par la guerre. On pourrait dire que Nour et Myriam ne sont, ne font qu'une, elles sont l'universel des femmes arabes, juives et musulmanes des années quarante jusqu'à ...aujourd'hui ? Elle pose sur elles un regard tendre, sensuel, dans une proximité maternelle ou amoureuse, qui rend d'autant plus visibles les violences - physiques ou intellectuelles, "traditionnelles" - qu'elles subissent, comme les frustrations sociales qui poussent les uns et les autres dans les bras de la propagande jusqu'au déni de leur propre conviction.

Film 'féminissime'


par ses personnages, ses points de vue et ses situations (hammam, mariage, virginité, épilation...) dans un contexte historique dont l'évocation reste taboue en Tunisie comme en France, le film reste intime, parlant des êtres, de l'être, de ce qu'il y a en chacun de nous, et subversif car de situations particulières, individuelles, il emmène dans une réflexion globale, collective, sans cesser de raconter l'histoire - fictive - des deux adolescentes.

Du grand cinéma, pétri d'Art et d'Humanité. Peut-être pas sans défaut mais sincère. Par contre je ne sais pas encore quoi penser d'un choix musical : Nina Hagen quand les Juifs tunisiens sont enfermés dans le train... c'est un peu trop, alors que ce train qui prend le départ sur des rails détrempés, complètement cachés par la pluie accumulée, a déjà toute sa lourde signification...

 

 Bande annonce :

 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


CINE CLAP

Tournage Chronique d’une agonie, un nouveau film de Ayda Ben Aleya

Mahrez KAROUI - (La Presse).
 Rêves et désenchantement

On n’a pas encore eu…     Lire la suite...

ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

Powered by  MyPagerank.Net