Advertisement

Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 
 
 

 

 

 

 


 


 

 

 
 
 
 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 524
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 226
Jaquettes: 0
J.C.E. 2008 : Ce poisson de malheur etÖ de bonheur ! Version imprimable Suggérer par mail
Image « Le poisson noyé » de Malik Amara a fait du chemin, depuis sa sortie en février dernier sur l’écran de la salle « CinémAfricArt ». Primé lors des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC), ce «poisson noyé» sortira de l’eau, ce soir, à partir de 20h00, à la salle «Le Colisée», toujours dans le cadre des Journées du Cinéma Européen.

Intelligent et innovant. Malik Amara, jeune réalisateur tunisien a su attirer l’attention des directeurs des festivals grâce à ce « Le poisson noyé ». Réalisé en 2007, ce court-métrage, d’une durée de 18 min, n’a laissé personne indifférent y compris les jurys du festival de Beyrouth et des Journées Cinématographiques de Carthage qui lui ont décerné des prix. Ce soir, cette production sera de nouveau projetée et Malik Amara peut rêver d’un nouveau prix qui sera décerné lors de la cérémonie de clôture des Journées du Cinéma Européen. Car parallèlement aux projections quotidiennes, ateliers et tables rondes, les organisateurs de ce rendez-vous filmique ont opté pour le lancement de deux prix pour les meilleurs courts et longs-métrages tunisiens et qui seront décernés par le public.


C’est l’histoire de «Am hout», un vieux poissonnier qui fait souffrir tout le monde même sa femme et sa fille à cause de son avarice et son comportement un peu bizarroïde. Rejeté et détesté par tout le monde, ce poissonnier, dont le rôle est campé par Fethi Akkari, est devenu une source de superstitions pour tout le village. Il y a de quoi ! «Am hout» est revenu deux fois à la vie après sa mort. L’histoire ne peut pas être ordinaire au moins dans l’imaginaire de sa famille, ses voisins… bref de tous ceux qui l’ont connu de près ou entendu parler de son histoire. De cette rencontre hors pair entre le poissonnier et l’ange de la mort, le réalisateur nous parle dans un style humoristique et gai, croisant mythes et fiction, qui nous fait oublier la scène tragique de la mort du pêcheur. Aux côtés de Fethi Akkari qui s’est glissé dans la peau du poissonnier, on peut trouver Fatma Ben Saidane, Riadh Hamdi, Sondos Belhassen, Dalenda Ben Kilani et d’autres jeunes comédiens qui ont choisi de s’associer à Malik Amara dans cette belle aventure qui ne manque pas d’innovation et de fraîcheur !

 

Imen ABDERRAHMANI

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


CINE CLAP

Tournage Chronique d’une agonie, un nouveau film de Ayda Ben Aleya

Mahrez KAROUI - (La Presse).
 Rêves et désenchantement

On n’a pas encore eu…     Lire la suite...

ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

Powered by  MyPagerank.Net