Advertisement

Rejoignez-nous !

Propulsé par HelloAsso

ABONNEZ-VOUS

À NOS CHAINES

 

Recherche

Sample Image

Dans les salles

le 5 décembre

 

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

JCC 2018 : SAMOUNI ROAD”, RECIT DOCUMENTAIRE ANIME AUTOUR DE L'OFFENSIVE “PLOMB DURCI” SUR GAZA Version imprimable Suggérer par mail

Sample Image2018-11-12 20:13:29


Tunis, 12 nov 2018 (TAP) - La tragédie des Palestiniens est une question épineuse vieille de plus de six décennies, et les divisions politiques ont favorisé la persistance et la poursuite du calvaire des populations civiles, notamment sur la bande de Gaza. Une situation qui n'a visiblement pas de secrets auprès des habitants du village gazaoui de “Zaitoun”, gravement touché par l’offensive israélienne meurtrière “Plomb Durci” durant la guerre de Gaza (2008-2009).

 

Les plus touchés étaient les civils qui sont les principales victimes et le bilan était lourd, avec des maisons en ruines, des morts et des blessés par centaines. 29 membres d'une même famille, les "Samouni", sont décédés suite à l'opération sur ce village.

 

Sample Image

 

Les correspondants des médias internationaux à l'époque étaient mobilisés à Gaza et ses environs. Les chaînes du monde entier diffusaient en continu une catastrophe humaine et une offensive largement condamnée des deux côtés du conflit.  Le retour sur les dessous de ces événements figure dans le récit documentaire d'un réalisateur italien, Stefano Savona, à travers son film “Samouni Road”, une oeuvre de 2018, - en dialecte palestinien et sous-titrage en français-, présentée dans la section "Cinéma du monde" aux Journées Cinématographiques de Carthage (JCC) 2018.

 

L'alternance entre scènes réelles et bande dessinée a donné lieu à une mise en scène captivante de ce documentaire qui a eu l'approbation des critiques et du Jury du Festival de Cannes, où le film a été présenté en première mondiale. “Samouni Road”, dont la sortie française a eu lieu le 7 novembre dernier, est lauréat de l'Oeil d'Or du meilleur documentaire à la Quinzaine des Réalisateurs, section parallèle de Cannes.
Ce film a été en compétition au Festival El Gouna en Egypte, pays où Savona avait réalisé en 2011 un autre long-métrage documentaire “Tahrir, place de la libération”, sorti en 2012. Au total 7 films sont  à l'actif de cet artiste pluridisciplinaire (réalisateur, scénariste, producteur et directeur de photo). Il se démarque par sa mise en scène de restitution des faits, un procédé qu'il hérite certes de son passé d'archéologue.


Un autre voyage périlleux pour le réalisateur italien, - habitué à suivre ses sujets dans les zones de conflits -, qui l'avait mené à deux reprises dans cette zone rurale de Gaza. La première, quelques jours après l'offensive israélienne, et la seconde un an après.  Depuis le village gazaoui, il avait réalisé l'ampleur du drame, vécu  le quotidien de la large famille Samouni, et compris pleinement ces gens meurtris par la guerre.

 

Le récit de Savona part de la vie de la petite Amal, miraculeusement rescapée de l'offensive. Il lui avait fallu 4 jours avant qu’elle ne soit secourue par les membres de la Croix rouge. Elle  avait été touchée par une balle à la tête, dont les séquelles physiques l'accompagnaient toujours un an après les faits.


L'apocalypse de la guerre de Gaza a été filmé par Savona entre fiction et réel, les BD reviennent sur les souvenirs des membres de la famille Samouni. Le récit du réalisateur suit Amal dans sa vie ponctuée de rires et de jeux avec ses deux frères et soeur, de promenades dans les champs et de dessins d'une enfant aimant la vie.

 

La BD du dessinateur du film renvoie à un passé lointain pour la mémoire d'Amal, qui entend toujours la voix de son père lui dire lors des bombardements : “Amal, tiens toi loin de la fenêtre…”. Un souvenir de son père abattu à l'intérieur de sa maison, devant ses enfants. La caméra du réalisateur italien s'infiltre dans le quotidien des Samouni, relatant une situation  difficile et des gens déterminés à défier la vie sur un territoire oublié. Mais la volonté de vivre et de continuer le combat pour la survie demeure plus forte que la douleur et la précarité dans laquelle les survivants sont contraints de vivre jusqu'à aujourd'hui.

FATY

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


 

À VOS AGENDAS ! PROCHAINS FESTIVALS


FESTIVAL CINÉMA MÉDITERRANÉEN DE BRUXELLES

18ème édition du 30 au nov. au 7 déc. 2018.

 

TOZEUR INTERNATIONAL FILM FESTIVAL

1ère édition du 5 au 8 décembre 2018.

 

Sample Image

FENETRE SUR LE CINÉMA DE TUNISIE

1ère édition du 10 au 13 décembre 2018.

 

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DOCUMENTAIRE DE KHOURIBGA

10ème édition du 10 au 13 décembre 2018.

 

Sample Image

FESTIVAL PANAFRICAIN DU CINÉMA ET DE LA TÉLÉVISION À OUAGADOUGOU (FESPACO

26ème édition du 23 février au 2 mars 2019.

 

Sample Image

LUXOR AFRICAIN FILM FESTIVAL

8ème édition du 15 au 21 mars 2019.

 

FESTIVAL DU CINÉMA MÉDITERRANÉEN DE TETOUAN

25ème édition du 23 au 30 mars 2019.

 

GABES FILM FESTIVAL

4ème édition du 12 au 18 avril 2019.

 

Sample Image

FESTIVAL D'ANNABA DU FILM MÉDITERRANÉEN

4ème édition du 24 au 30 avril 2019.

 

QUI EST EN LIGNE

Il y a actuellement 12 invités en ligne

Powered by  MyPagerank.Net