Rejoignez-nous !

Propulsé par HelloAsso
Sample Image
Rencontres Cinématographiques
de Hergla du 25 au 30 août

Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 599
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 52
Jaquettes: 0
ANNONCE DE LA CREATION DE L'ASSOCIATION «LES AMIS DE LA CINEMATHEQUE TUNISIENNE» Version imprimable Suggérer par mail

2018-03-23 10:40:03

 

TAP — Une nouvelle association baptisée «Les Amis de la Cinémathèque tunisienne» est en cours de création par la Cinémathèque tunisienne, a annoncé Mohamed Challouf, conseiller de la Médiathèque tunisienne.
La nouvelle a été annoncée au cours d’un point de presse tenu jeudi, dans la salle Sophie el Golli, du nom de cette pionnière de la cinémathèque, également romancière et historienne d’art tunisienne (1931-2015).

 

Il s’agit du premier contact public en cette salle, dédiée aux conférences et masterclasses, qui abrite la Médiathèque tunisienne, dirigée par Hichem Ben Ammar. Cette salle est située au sein du pôle Cinéma chapeauté par Chiraz Laatiri, directrice du Centre National du Cinéma et de l’Image (CNCI).


Y étaient présents la femme et la fille de feu Jacques Baratier, réalisateur de «Goha», premier long-métrage tunisien en couleur, et Pierre Vautier, fils de René Vautier, réalisateur du court-métrage «Chaîne d'or» dans lequel jouait Claudia Cardinale à ses débuts. Depuis hier soir, un hommage est rendu par la Cinémathèque à cette actrice italienne, native de Tunis.

Hichem Ben Ammar, directeur de la Médiathèque, a rappelé que le film «Chaîne d’or» a été restauré dans le cadre d’un partenariat avec la Cinémathèque de Milan (Italie), alors que le film «Goha» l'a été  dans le cadre d’un partenariat entre le CNCI (Tunisie) et le CNC (France). Mme Baratier, présidente de l’association Jacques Baratier, (les cent ans de J.Baratier), est revenue sur certains aspects de sa vie avec le cinéaste disparu et les moyens actuellement déployés par l’association pour la sauvegarde de son œuvre cinématographique.

 

Challouf a parlé de l’accord de Claudia Cardinale pour être présidente d’honneur de l’association «Les amis de la Cinémathèque tunisienne» ainsi que du soutien d’autres cinéphiles et membres de cinémathèques étrangères ayant manifesté leur intérêt pour ce nouvel instrument de soutien à la Médiathèque.


Il a souligné que ce projet, ouvert à la société civile et inspiré d’une expérience similaire existant en Suisse depuis longtemps, devra aider et soutenir la Cinémathèque dans ses démarches de sauvegarde et de restauration du patrimoine cinématographique, en dehors des circuits publics habituels. Elle sera ouverte à toute personne intéressée, - société civile et cinéphiles tunisiens et étrangers -, ce qui va dans le droit fil des objectifs de la Médiathèque, celle-ci cherchant à associer la société civile à ses différents programmes et activités.


Hichem Ben Ammar a estimé que l’association devra concrétiser la complémentarité entre public et privé, annonçant par là-même le lancement, à partir du 6 avril prochain, d‘un cycle de formations au profit des futurs animateurs de ciné-clubs et festivals régionaux. Ceci coïncidera avec la volonté d’enraciner le principe de décentralisation cinématographique et culturelle.


Chiraz Laatiri a annoncé que le CNCI devra se doter de nouvelles unités de projection mobiles à travers l’acquisition de deux écrans gonflables, ce qui permettra au programme de la Cinémathèque d’être présenté en différé lors de déplacements à travers les régions.

Selon le trio en charge du pôle cinéma à la Cité de la Culture, l’un des principaux objectifs de la Cinémathèque est de devenir une référence côté programmation, mais aussi de faire la promotion du cinéma de qualité pour les générations futures. La Cinémathèque va continuer dans le même sens, en protégeant le patrimoine cinématographique national.


Le trio rappelle les tentatives déjà en cours, notamment dans les pays du nord de la méditerranée, qui investissent dans la sauvegarde de leur patrimoine et celui du monde arabe et Africain.

 

Avec la création de la Médiathèque, une nouvelle chance s’offre à la Tunisie : la restauration de son patrimoine cinématographique et la restitution de négatifs de films se trouvant à l’étranger, ou encore la restauration de ceux, en mauvais état, des locaux de la Bibliothèque Nationale de Tunisie (BNT), ceci afin de créer une collection propre à la Cinémathèque. L'ambition de la Cinémathèque tunisienne est de devenir une institution qui prendra en charge le cinéma du sud, le cinéma arabo-africain, ainsi que les œuvres des  pionniers du cinéma tunisien, dont Albert Semmama Chekli, Taieb Louhichi…

Faty et cinematunisien

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


 

ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

Powered by  MyPagerank.Net