Advertisement

Rejoignez-nous !

Propulsé par HelloAsso

Recherche

Sample Image

Dans les salles

le 5 décembre

 

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

LE REALISATEUR BURKINABE IDRISSA OUEDRAOGO EST MORT D’UN ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL Version imprimable Suggérer par mail

2018-02-18 15:12:44

 

Nous avons appris avec beaucoup de tristesse la nouvelle de la disparation du grand cinéaste africain, Idrissa Ouédraogo, par notre ami commun Mohamed Challouf. Il laisse derrière lui un immense patrimoine cinématographique.

 

Cinematunisien présente ses sincères condoléances à la famille d'Idrissa ainsi qu'à sa famille cinématographique.

 

 

Le cinéaste burkinabè Idrissa Ouédraogo est décédé tôt ce dimanche 18 février 2018, à Ouagadougou, annoncent des sources proches de la famille.

 

Selon les  mêmes sources, le réalisateur est mort d’un accident vasculaire cérébral (AVC).
L’Etalon d’Or de «Yennenga» 1991 a quitté le monde du cinéma et celui des hommes à l’âge de 64 ans.
Tout en «regrettant» cette disparition, l’Union Nationale des Cinéastes du Burkina (UNCB) précise que la mort d’Idrissa Ouédraogo est survenue dans une clinique de la ville.
Les plus jeunes dans le monde du cinéma qui l'ont côtoyé, le présentent comme quelqu’un de disponible et à l’écoute des autres. Au nombre de ceux-ci, Issa Serge Coelo, réalisateur tchadien, qui témoigne : «Je retiens de lui sa grande générosité et sa disponibilité. Je me rappelle, il y a des années, très déçu parce que le FESPACO n’avait pas retenu mon film, j’ai cherché à le voir pour qu’il y jette un coup d’œil. Il avait un voyage dans les heures qui suivent mais il m’a reçu, on a discuté (…)».


Pour sa passion pour le cinéma, Ouédraogo a été décoré de son vivant par le Président tunisien Béji Caïd Essebsi, de l’Ordre national tunisien du Mérite culturel. C’était le 5 novembre 2016 à Tunis, à l’occasion de la 27ème édition des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC 2016).

Edouard Koudou.


Filmographie d’Idrissa Ouédraogo

Né le 21 janvier 1954 à Banfora (Burkina Faso), Idrissa Ouédraogo est titulaire d’un Diplôme d’Études Générales à l’INAFEC (Institut Africain d’Études Cinématographiques de Ouagadougou). Il séjourne à Kiev en URSS pour des études de cinéma puis à l’Institut des Hautes Études Cinématographiques (IDHEC) à la Sorbonne, devenu la Fondation Européenne des Métiers de l’Image et du Son (FEMIS) de nos jours. Il est l’un des rares cinéastes africains à avoir travaillé à la Comédie Française.


Entré à la direction cinématographique comme fonctionnaire, il réalise plusieurs films éducatifs avant de tourner son premier court-métrage, «Poko», qui remporte le grand Prix du FESPACO en 1981.


Plusieurs documentaires suivent : «Les Ecuelles» (1983), «Les Funérailles du Larlé Naba» (1984), «Ouagadougou, Ouaga deux roues», (1985), «Issa le tisserand» (1985).

 

De nombreux longs-métrages sont à son actif, pour lesquels il remporte des prix sur les plans national et international.

 

Son premier long-métrage, «Le Choix», est sorti en 1986. Suivent «Yaaba» (1988) qui remporte le prix de la Critique au Festival de Cannes en 1989 et un autre prix dans un festival au Japon, «Tilaï» (1990), le grand prix du Jury au Festival de Cannes 1990 et «L’Etalon d’or de Yennenga» en 1991 au FESPACO, «Samba Traoré» (1992), «Tanit d’argent» aux Journées cinématographiques de Carthage en Tunisie en 1992 et «L’ours d’argent» à Berlin, «Le Cri du cœur» (1994), «Kini et Adams » (1997), «La Colère des dieux» (2003) et «Yam Daabo», en 1986.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


 

Powered by  MyPagerank.Net