Rejoignez-nous !

Propulsé par HelloAsso

ABONNEZ-VOUS

À NOS CHAINES

 

Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

AU COMMENCEMENT ETAIT LA FTCA Version imprimable Suggérer par mail

 2018-01-10 09:32:36

 

Cinéastes tunisiens : de l’amateur au professionnel

 

Narjès Torchani — La Presse du 10-01-2018

 

A l’occasion de la sortie de «Vent du nord» de Walid Mattar et à travers le palmarès des JCC 2017, retour sur le rôle de la Fédération Tunisienne des Cinéastes Amateurs dans le cinéma professionnel d’aujourd’hui.


Qu’elle vienne d’écoles de cinéma ou de l’école de la vie, une nouvelle génération de cinéastes prolifiques a su s’imposer en Tunisie. Les Journées Cinématographiques de Carthage et leur palmarès en portent depuis quelques années les signes. Cette année a été particulièrement favorable à des noms qui ont en commun d’avoir fait leurs débuts au sein de la Fédération Tunisienne des Cinéastes Amateurs (FTCA, créée en 1962 sous l’appellation Association des jeunes cinéastes tunisiens). Depuis, un grand chemin a été parcouru et ces cinéastes nous parlent de ce que cette expérience leur a apporté.

Walid Mattar a intégré la Fédération au club d’Hammam-Lif, par hasard, à l’âge de 13 ans, alors qu'il cherchait une activité extra-scolaire, et cela a bouleversé sa vie. En 2003, son court-métrage «Le cuirassé Abdelkarim», réalisé au sein du club de Tunis, a marqué son passage au cinéma professionnel, et, quelques courts-métrages plus tard, il réalise son premier long, «Vent du Nord», qui remporte, entre autres, le Prix du meilleur scénario aux JCC 2017.

Un scénario co-écrit avec Claude Le Pape et Leyla Bouzid, elle-même passée par la case FTCA et Tanit de Bronze aux JCC 2015 pour son film «A peine j’ouvre les yeux». 
Les rencontres faites au sein de la Fédération ont été déterminantes pour Walid Mattar, comme pour d’autres cinéastes qui en sont issus, et qui continuent souvent de collaborer ensemble dans leurs films. Un élément essentiel de cette expérience a forgé leurs destins: «La FTCA est le symbole de la chance que l’on donne aux jeunes des quartiers, avec un cinéma de proximité, libre et engagé. C’est une école qui a fait émerger des cinéastes de toute la Tunisie, qui a démocratisé et décentralisé la pratique filmique», explique-t-il. Et d’ajouter : «Pour savoir ce qui se passait en Tunisie sous Ben Ali, il fallait voir les films du Festival du Film Amateur de Kélibia».

 

En 2000, le hasard a aussi mené Kaouther Ben Hania, à l’époque étudiante à l’IHEC, à la Fédération où elle a intégré le club Tahar Haddad, puis le club de Tunis. «Quand j’ai découvert la FTCA, cela a changé ma vocation et fait basculer ma vie. Son rôle a été fondateur et originel. Pour nous tous, la FTCA a été le déclic», décrit la cinéaste qui réalisait cinq ans plus tard son premier court-métrage professionnel, «Moi, ma sœur et la chose», et qui vient de remporter le Prix UGTT pour le scénario de son film «La belle et la meute» aux JCC 2017. «Les amis connus à la FTCA sont des amis pour toujours. Ça crée une connexion, une communauté et une vocation», ajoute-t-elle. Même si elle déplore le fait de ne pas être aussi proche de la Fédération qu’avant, elle estime toujours en faire partie. «La FTCA, on n'en ressort jamais», affirme Kaouther Ben Hania.

 Pour d’autres, en effet, l’aventure FTCA continue, en parallèle avec leur carrière professionnelle. C’est le cas de Taieb Ben Ameur, directeur photo du court-métrage «Secrets des vents» de Imen Alnasiri, mention spéciale du Jury aux JCC 2017. C’est le club de Hammam-Lif qui a nourri sa passion pour la photographie, avant qu'il ne devienne assistant professionnel à partir de 2001. «Je suis toujours à la FTCA. Je forme les jeunes et je transmets l’expérience que d’autres m’ont transmise», dit-il. Pour lui, il ne s’agit pas seulement de formation technique, mais surtout de la générosité des gens qui sont passés par la Fédération : «Des professionnels comme des amateurs qui forment bénévolement les jeunes et qui sont pour eux une grande source d’inspiration».

Pour Walid Mattar, «ce sont des gens qui ont tenu à ce que ce socle reste». «Au jeune que j’étais à l’époque, cette génération a donné une autre vision du monde. Et nous aussi, aujourd’hui, nous devons parler aux jeunes de la FTCA», ajoute-t-il. Parmi ces passeurs de passion, il tient particulièrement à saluer Kamel Staali, Fethi Ben Slama et Lamine Amami. Se décrivant comme cinéaste amateur avant tout, ce dernier a été président de la FTCA et directeur du Festival du Film Amateur de Kélibia. Dans les années 90 et jusqu’au début des années 2000, il décrit une période prospère et une grande dynamique à la Fédération : «Les jeunes des clubs venaient d’horizons divers, de l’école des Beaux-Arts comme des quartiers. En même temps, il y a eu un retour des professionnels, cinéastes et techniciens, pour les former».
 Ceux qui sont montés sur le podium des JCC 2017 sont issus de cette dynamique. «Une formation solide et la cohésion qui se crée entre les jeunes résument l’esprit FTCA.

 

Les jeunes avaient accès aux outils de production et étaient mêlés à l’organisation du Festival. Cela leur a appris comment se construire une vision, défendre leurs idées et être responsables. Le tout avec des films imprégnés du vécu et d’un engagement social», ajoute Lamine Amami. Une empreinte qui est restée et qui n’est jamais loin dans leurs films aujourd’hui, comme l’affirment Walid Mattar et Kaouther Ben Hania. «Nous étions d’influences très différentes mais il y avait un aspect contestataire commun. Au sein de la FTCA, nous avons évolué dans des espaces de conscience esthétique et politique», estime la cinéaste. «Dans mes films, je tiens à faire du cinéma avant tout, mais l’engagement politique suit toujours. Je ne peux pas ne pas faire de films à thématique sociale», affirme le cinéaste.

«La particularité des cinéastes de cette génération réside dans la complicité qui les liait dès le début et qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui. Ils s’échangent encore leurs scénarios et discutent de leurs films. La distance ne les a pas séparés, ils cultivent encore cet esprit acquis à la FTCA et ils tiennent aux amitiés qui s’y sont créées», souligne Lamine Amami. Parmi ces amis, Walid Tayaa qui a intégré la Fédération en 1997, passant par le club Tahar Haddad puis par le club de Tunis. Auteur de plusieurs courts-métrages, il finalise en ce moment son premier long-métrage de fiction, «Fataria», sur lequel nous reviendrons. «La FTCA nous a appris les bases du cinéma mais aussi la passion. Dans les clubs régnaient amitié et solidarité. Nous étions une famille», dit-il à propos de cette expérience qui a été selon lui riche par la diversité des parcours qu’elle a générés : «Certains sont restés amateurs par choix, d’autres se sont dirigés vers différents métiers du cinéma. La FTCA a produit des directeurs photo, des comédiens, des scripts, des critiques et même des maquilleurs», affirme-t-il. 


 

Walid Tayaa fait aussi partie de ceux qui sont restés proches de la Fédération, où il assure la formation des jeunes. «L’aventure se poursuit et la FTCA continue de créer des vocations et de changer le destin de jeunes dont certains pensaient à intégrer Daech. Il y a des parcours très prometteurs qui se profilent. Une autre génération arrive!».

Auteur : Narjès Torchani 

Ajouté le : 10-01-2018

http://www.lapresse.tn/

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


 

À VOS AGENDAS ! PROCHAINS FESTIVALS

 
Sample Image

FESTIVAL DU CINÉMA AFRICAIN DE KHOURIBGA

21ème édition du 15 au 22 décembre 2018.

 

Sample Image

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DES DROITS DE L'HOMME

5ème édition du 19 au 22 décembre 2018.

 

Sample Image

FESTIVAL PANAFRICAIN DU CINÉMA ET DE LA TÉLÉVISION À OUAGADOUGOU (FESPACO

26ème édition du 23 février au 2 mars 2019.

 

Sample Image

LUXOR AFRICAIN FILM FESTIVAL

8ème édition du 15 au 21 mars 2019.

 

FESTIVAL DU CINÉMA MÉDITERRANÉEN DE TETOUAN

25ème édition du 23 au 30 mars 2019.

 

GABES FILM FESTIVAL

4ème édition du 12 au 18 avril 2019.

 

Sample Image

FESTIVAL D'ANNABA DU FILM MÉDITERRANÉEN

4ème édition du 24 au 30 avril 2019.

 

QUI EST EN LIGNE

Il y a actuellement 4 invités en ligne

Powered by  MyPagerank.Net