Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 
 
 

 

 

 

 


 


 

 

 
 
 
 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 524
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 52
Jaquettes: 0
SELMA BACCAR PEAUFINE LE MONTAGE DE SON DERNIER FILM «AL JAIDA» Version imprimable Suggérer par mail

 2016-12-10 22:25:11

 

Déc 9, 2016

Par : Di avec TAP — 9 Décembre 2016.

(Lire la source ici) 

 

La réalisatrice Selma Baccar est de retour au 7ème art avec un long-métrage intitulé «Al Jaida», fiction d’une heure et 45 minutes, dont elle a récemment effectué le dernier de tour de manivelle.


Après plus de six semaines de tournage dans différentes zones de la capitale, dont la vieille médina de Tunis et le quartier de Montfleury, la réalisatrice peaufine actuellement le montage de son film qui «devra sortir sur grand écran dans les trois prochains mois», annonce Selma Baccar dans une interview accordée à l’agence TAP.


Le casting du film réunit plusieurs célébrités du cinéma tunisien dont Wajiha Jendoubi, Fatma Ben Saidane, Souhir Ben Amara, Selma Mahjoubi, Najoua Zouhir, Raouf Ben Amor, Khaled Houissa et Taoufik El Ayeb.

 

Cette fiction jette la lumière sur la vie de quatre femmes de différents âges et milieux sociaux, réunies dans une même résidence «Dar Jaoued», vivant dans les années 50, huit mois avant l’indépendance (entre octobre 1954 et juin 1955).
La domination masculine de l’époque les confronte à des situations difficiles et des histoires faites de souffrance et de douleur.


Dans une société patriarcale et une époque où les hommes avaient le droit de punir leurs épouses sur décision du juge applicant les commandements de la doctrine malikite et hanafite, ces femmes se trouvaient condamnées à rentrer à «Dar Echaraa», afin de se soumettre aux ordres de leurs conjoints, même si ceci constituait une oppression pour elles.


Le scénario du film, écrit par la réalisatrice elle-même entre 2007 et 2008, a eu le soutien en décembre 2010 du ministère de la Culture de l’époque. Suite aux bouleversements survenus en Tunisie après la révolution du 14 janvier 2011, Selma Baccar dit avoir choisi de réécrire le script, en collaboration avec l’actrice Wajiha Jendoubi, qui joue le rôle principal.


La réécriture du scénario lui a permis de placer le film dans un contexte plus large, afin qu’il puisse transmettre un message plus profond et plus complet, notamment après l’expérience politique de la réalisatrice en tant que députée pour le bloc démocratique à l’Assemblée Nationale Constituante (ANC).

A cet égard, Selma Baccar a estimé que les acquis des femmes tunisiennes depuis la promulgation du Code du statut personnel, le 13 août 1956 et jusqu’à aujourd’hui «dépendent du degré de vigilance et du combat des militants des droits humains, femmes et hommes».


«Partant du rôle central joué par la femme dans tous les domaines, la préservation des droits des femmes constitue en fin de compte une prévention de la société et une garantie pour son équilibre», a souligné la cinéaste.
«Le film revient donc sur les dangers vécus par notre société, et par la femme en particulier, suite à la tentative d’un bloc particulier au sein de l’ANC qui veut faire passer, dans le préambule de la nouvelle Constitution de la République tunisienne, un texte de loi faisant de la Chariaa (loi islamique) la principale source d’inspiration de toutes les lois constitutionnelles», a-t-elle indiqué.


«Ce choix des caractères et du scénario revêt pour elle une symbolique porteuse de sens et de messages plus larges que l’histoire même du film, et fait appel à la nécessité de s’opposer aux idées réactionnaires, tout en continuant le combat afin d’instaurer les droits humains, garantir le droit de pensée et d’expression, et respecter le droit à la différence», souligne l’artiste tunisienne.


Dans le nouveau script, Selma Baccar a introduit un nouveau personnage, celui d’une fillette de dix ans (joué par la fille de Wajiha Jendoubi), témoin de la souffrance de sa mère face aux pratiques et idées réactionnaires. Une fois grandie, elle adhère à l’action politique pour devenir membre de l’Assemblée constituante, et devient fervente militante pour les droits des femmes, allusion à l’action politique menée par Selma Baccar après la révolution.


Voulant donner une touche de réalité à l'œuvre, la dernière scène a été tournée au siège de l’ANC, en présence de vingt députés du bloc démocratique, en pleine séance plénière.  Ces députés exprimaient leurs points de vue et défendaient les libertés et droits des citoyens.


Selma Baccar promet au public cinéphile une œuvre de haute facture, où sont réunis tous les éléments d’une production cinématographique mettant à l'honneur le patrimoine tunisien : esthétique, performance dramatique, décor, costumes et maquillage.

Source : http://directinfo.webmanagercenter.com

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


CINE CLAP

Tournage Chronique d’une agonie, un nouveau film de Ayda Ben Aleya

Mahrez KAROUI - (La Presse).
 Rêves et désenchantement

On n’a pas encore eu…     Lire la suite...

ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

Powered by  MyPagerank.Net