Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 
 
 

 

 

 

 


 


 

 

 
 
 
 

BIENTOT ICI

 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 524
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 127
Jaquettes: 0
JCC 2016 : CHOUF, COMPÉTITION OFFICIELLE Version imprimable Suggérer par mail

 2016-11-04 07:54:51

 

Par Farida Ayari


«Chouf» de Karim Dridi : Thriller des banlieues

 

Marseille est à la «Une» de l’actualité française. Presque chaque jour, les nouvelles de règlements de compte s’égrènent à la radio et à la télévision. Des jeunes liés au trafic de drogue tombent sous les balles de Kalachnikov. Cette actualité morbide, Karim Dridi l’a transposé au cinéma avec brio.


«Chouf» est tout à la fois un drame social et une plongée sociologique dans les quartiers Nord de Marseille. Karim Dridi a tourné à la Busserie, une cité où vivent 8000 personnes toutes issues de l’immigration maghrébine, un peu comorienne et pas un seul «blanc». Mais surtout, «Chouf» est un thriller à la mise en scène et au montage nerveux, de la trempe des meilleurs films de gangsters américains.

«Chouf» complète une trilogie commencée en 1995 avec «Bye Bye» (Un certain regard - Cannes 1995) qui révéla l’excellent acteur franco-tunisien Sami Bouajila, puis «Khamsa» en 2008 (Tanit de bronze au Carthage Film Festival).

 

Chouf, ça veut dire «regard» en arabe. C'est le nom des guetteurs des réseaux de drogue de Marseille. Sofiane, 24 ans, brillant étudiant dans une école de commerce, intègre le business de son quartier après le meurtre de son frère, un caïd local. Pour retrouver les assassins et se venger, Sofiane est prêt à tout. Interprété par Sofian Khammes, le seul acteur professionnel du film, Sofiane est un rescapé du ghetto qui plonge dans l’univers infernal de la drogue, des dealers, des capos (Simon Abkarian fait une brève apparition en caïd libanais) et des flics ripoux.

La qualité principale de «Chouf» est son authenticité. Karim Dridi s’est installé à Marseille il y a trois ans pour faire ce film. Avec son épouse, il a auditionné 1500 jeunes pour en garder trois poignées qui ont été formés dans des ateliers d’acteurs dirigés par le réalisateur. Le résultat est époustouflant.


Karim Dridi n’aime pas qu’on le catalogue «cinéaste des banlieues». Il préfère être le cinéaste des sans-voix, de ces jeunes issus de l’immigration et dont seulement 25% ont le bac. Il revendique cette double culture qui lui appartient (mère française, père tunisien) et qui véhicule une énergie qui peut se traduire par le pire comme par le meilleur.

 

Farida Ayari


Source : https://www.facebook.com/notes/farida-ayari/

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


ABONNEZ-VOUS À NOS CHAINES

 

À VOS AGENDAS ! PROCHAINS FESTIVALS


FESTIVAL DES 3 CONTINENTS DE NANTES

39ème édition du 21 au 28 novembre 2017.

 

RENCONTRES D'AFLAM À MARSEILLE

5ème édition du 22 au 26 novembre 2017.

 

FESTIVAL DU FILM FRANCO-ARABE DE NOISY-LE-SEC

6ème édition du 24 novembre au 5 décembre 2017.

 

 

 

FESTIVAL DU CINÉMA MÉDITERRANÉEN DE BRUXELLES

17ème édition du 1er au 8 décembre 2017.

 

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM ORIENTAL DE GENEVE (FIFOG)

13ème édition du 21 au 29 avril 2018.

 

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM ARABE DE GABÈS (FIFAG)

3ème édition du 22 au 28 avril 2018.

 

CINE CLAP

Tournage Chronique d’une agonie, un nouveau film de Ayda Ben Aleya

Mahrez KAROUI - (La Presse).
 Rêves et désenchantement

On n’a pas encore eu…     Lire la suite...

ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

QUI EST EN LIGNE

Il y a actuellement 2 invités et 1 membre en ligne

Powered by  MyPagerank.Net