Advertisement

ABONNEZ-VOUS

À NOS CHAINES

 

Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BIENTOT ICI

 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 544
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 52
Jaquettes: 0
JCC 2016 : THALA MON AMOUR EN COMPÉTITION OFFICIELLE Version imprimable Suggérer par mail

 2016-11-04 07:45:47


Par Farida Ayari


«Thala, mon amour» de Mehdi Hmili en compétition officielle

 

Enfin un film sur la «révolution» tunisienne sans clichés. Mehdi Hmili a construit une histoire d’amour sur fond de frustration et de rébellion entre Thala et Kasserine, les villes qui ont payé le plus lourd tribut, en hommes et en femmes, pour renverser un régime prédateur et dictatorial. Le cinéaste, 30 ans, réussit d’une main de maître son premier long-métrage avec une sincérité et une vérité rares dans le cinéma tunisien.


«J’ai voulu rendre hommage à Thala, ma ville natale, à travers le personnage d’un anti-héros, un militant syndical rescapé de la révolte du bassin minier de l’été 2008, fatigué de résister» explique Mehdi Mhili. Mohamed (Ghanem Zrelli) s’est évadé de prison à la faveur de la révolte. Son but est de retrouver Hourya, son grand amour, magistralement interprétée par Najla Ben Abdallah, une actrice de séries tunisiennes, à qui Mehdi Hmili offre une dimension de comédienne dramatique, toute en nuance et subtilité. Mohamed veut fuir la Tunisie «ce pays qui est en train de nous tuer». Mais Hourya, ouvrière dans un atelier de Kasserine, se lance dans la contestation.


 Mehdi Hmili filme ses personnages en plans serrés comme s’il voulait concentrer leurs tourments, leurs doutes et leurs espoirs. La révolte gronde au loin mais elle n’est pas ostentatoire. Les femmes sont en première ligne, bien plus déterminées que les hommes.


«Thala Mon Amour est mon purgatoire et ma libération. C’est une lettre d’amour aux nations qui se rebellent contre l’injustice et aux gens qui vivent et meurent dans l’ombre» affirme Mehdi Hmili.

 

Ce jeune cinéaste, qui a quitté la Tunisie en 2007 parce qu’il ne pouvait plus supporter la dictature, incarne l’espoir d’un renouveau du cinéma tunisien.


(1) Les citations de Mehdi Hmili sont tirées de sa lettre d’intention publiée sur le site Torino Film Lab.

http://www.torinofilmlab.it/project...

 

Farida Ayari

 

 

Source : https://www.facebook.com/notes/farida-ayari/thala-mon-amour-de-mehdi-hmili

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


À VOS AGENDAS ! PROCHAINS FESTIVALS

 

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM ARABE DE GABÈS (FIFAG)

3ème édition du 20 au 26 avril 2018.

 

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM ORIENTAL DE GENEVE (FIFOG)

13ème édition du 21 au 29 avril 2018.

 

CINÉMA DU SUD (LYON)

18ème édition du 25 au 28 avril 2018.

 

CINÉMED FESTIVAL CINÉMA MÉDITERRANÉEN DE MONTPELLIER

40ème édition du 19 au 27 octobre 2018.

 

FESTIVAL DES CINÉMAS D'AFRIQUES - APT

16ème édition du 9 au 16 novembre 2018.

 

CINE CLAP

Tournage Chronique d’une agonie, un nouveau film de Ayda Ben Aleya

Mahrez KAROUI - (La Presse).
 Rêves et désenchantement

On n’a pas encore eu…     Lire la suite...

ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

QUI EST EN LIGNE

Il y a actuellement 20 invités en ligne

Powered by  MyPagerank.Net