Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 
 
 

 

 

 

 


 


 

 

 
 
 
 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 524
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 372
Jaquettes: 0
FRANCE — LA LIA PERD SON PROCÈS CONTRE QUINTA ET TAREK BEN AMMAR Version imprimable Suggérer par mail

 2016-10-23 11:52:38

 

kapitalis.com — 22 Oct 2016

La société Quinta, dirigée par le Franco-tunisien Tarak Ben Ammar, a gagné le procès intenté contre lui par la Libyan Investment Authority (LIA).

 


En mai 2009, la LIA a pris une participation de 10% dans la société Quinta Communications, filiale française du groupe dirigé par le producteur de cinéma Tarak Ben Ammar.

 

Cette prise de participation a pris la forme d’une augmentation de capital et les fonds investis sont allés, non pas aux actionnaires mais à la société elle-même.


Ces fonds ont servi à financer des projets cinématographiques visant à promouvoir l’image du monde arabo-musulman. Plusieurs films, tels que «Or noir», «Miral», «Hors la loi», «Ce que le jour doit à la nuit», ont pu être tournés. Ils l’ont d’ailleurs été en Tunisie, permettant ainsi la création de milliers d’emplois durant la période la plus difficile de la révolution tunisienne en 2011.

 

Près de 5 ans plus tard, un cabinet d’avocats représentant l’une des autorités libyennes a cru devoir intenter une action en justice devant le Tribunal de Commerce de Paris, afin d’annuler l’augmentation de capital qui a permis à la LIA de devenir actionnaire de Quinta et de se voir restituer la somme de 19 millions d’euros versée, sous le prétexte que la transaction avait été frauduleuse.

Bien entendu, Quinta a vigoureusement contesté les prétentions de la partie adverse.


Par un jugement rendu ce jour, le Tribunal a donné raison à Quinta et débouté la partie libyenne de toutes ses demandes. Le Tribunal a en outre condamné la partie libyenne à payer la somme de 90.000 euros à titre de dommages et intérêts pour le caractère abusif de ses demandes.
Quinta et M. Ben Ammar indiquent dans un communiqué publié samedi qu’ils étaient «fiers de s’associer aux légitimes représentants du peuple-frère libyen. Dans la situation d’aujourd’hui, ils attendront de savoir qui sont ces représentants avant de poursuivre une fructueuse coopération mutuellement bénéfique, ayant toujours pour objet la défense et la promotion de la culture arabe-musulmane dans le monde».

I. B.


Source : http://kapitalis.com/

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

Powered by  MyPagerank.Net