Advertisement

Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 
 
 

 

 

 

 


 


 

 

 
 
 
 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 524
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 247
Jaquettes: 0
La Moitié du ciel : hommage à une génération Version imprimable Suggérer par mail

 Bouzid Djebali pour cinematunisien.com

 

La moitie du ciel le film de Abdelkader Lagtaâ, hommage rendu au courage des femmes qui ont milité contre la dictature au Maroc et celles qui l’ont vécu dans les pays du Maghreb, c’est aussi la lutte contre le délit d’opinion.

Il a été projeté en avant première, à la clôture du Panorama des Cinémas du Maghreb et du Moyens Orient à l’Institut du Monde Arabe (IMA), le 19 avril 2015.

 

Ce film met en lumière une période importante de la vie de Abdellatif Laâbi, poète marocain, créateur de la revue contestataire «Souffles» et nous rappellent les années de dictature qui a régné sans partage dans les pays du Maghreb.

 

Après la projection du film et les réponses aux questions du public, l’IMA a permis d’avoir un moment de convivialité au 9ème étage, une occasion pour tous d’approcher les acteurs, le réalisateur et ceux qui ont organisé cette manifestation. Dans une ambiance décontractée certains sont allés à cœur joie pour poser leurs questions aux personnes concernées.

En présence de notre équipe (cinematunisien.com), j’ai lui ai posé des questions concernant les conditions de tournage, les contraintes rencontrées, la censure ainsi que les difficultés de distribution et de production. Abdelkader Lagtaâ a réaffirmé que les problèmes les plus difficiles demeurent la diffusion et la production qui nécessitent des moyens financiers considérables. Quant à la censure, le réalisateur a réaffirmé que cette pratique qui a sévi par le passé ne l’a pas subi au cours de la réalisation de son film, au contraire, il a bénéficié d’accès à des lieux de tournage comme les prisons ou bien des bureaux d’administration parmi d’autres locaux nécessaires au tournage.

Revenons maintenant au film qui a connu un brillant succès lors des festivals comme celui de Marrakech ou bien de Tanger.
Il est inspiré de faits réels vécus par le poète Abdellatif LAABI et ses amis condamnés pour leurs opinions politiques en 1972. Ils étaient emprisonnés et torturés durant leur incarcération. Grace au travail du réalisateur Abdelkader Lagtaâ ces faits font partie de la mémoire du MAROC. Il a tenu à en faire un témoignage contre l’oubli, de ce qui a marqué la génération des années soixante dix.

 

Du livre écrit par Joceline LAABI, «La liqueur d’Aloès» Lagtâa en a fait un chef-d’œuvre. La présence de Qods LAABI, la fille du pète, actrice dans le film, apporte un témoignage vivant de cette période noire pour les familles qui ont souffert durant les années de plomb dans tous les pays du MAGHREB. Nous pouvons pas oublier de penser à ceux qui ont subi le même sort en TUNISIE et que Mahmoud Jemni et Hichem Ben Ammar ont mémorisé dans leurs documentaires «Coloquinte» et «Mémoire noire» ces deux films ont relatés les supplices subis par les prisonniers d’opinions à l’époque.
La répression, la torture, la censure, les assassinats, les manipulations étaient des pratiques courantes pour réduire le pays au silence.

 Fort de tous les atouts et des prix qu’il a eu à MARRAKECH et ailleurs, le réalisateur a présenté son film devant un public conquis voir complice, même les deux à la fois. La séance a eu un franc succès mérité. Tous les ingrédients d’un travail réussi ont contribué pour que les acteurs, le réalisateur et le producteur ainsi que les organisateurs puissent savourer le bonheur du moment devant un auditorium comble de personnes venus assister à la projection de ce film.

Une question revient toujours, pourquoi avec de tels talents et de sujets passionnants la diffusion, la production et la subvention sont faibles voir absents pour encourager leur concrétisation ?

La réalité est que la culture en général ne bénéficie pas du soutien ni de l’encouragement qu’elle doit avoir et cela malgré l’existence des projets très intéressants et les sujets passionnants dans tous les domaines.

Les appels ne cessent d’attirer l’attention des responsables afin de remédier à ces inconvénients qui handicapent l’activité des réalisateurs.

Bouzid Djebali — cinematunisien.com

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


CINE CLAP

Tournage Chronique d’une agonie, un nouveau film de Ayda Ben Aleya

Mahrez KAROUI - (La Presse).
 Rêves et désenchantement

On n’a pas encore eu…     Lire la suite...

ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

Powered by  MyPagerank.Net