Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 
 
 

 

 

 

 


 


 

 

 
 
 
 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 524
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 120
Jaquettes: 0
A propos des arrestations de Inès Ben Othman et Yassine Ayari Version imprimable Suggérer par mail

 Communiqué — Vendredi 19 décembre 2014, Inès Ben Othman, cinéaste tunisienne, venu déposer plainte dans un poste de police du quartier Ennasr de Tunis a été promptement arrêté et accusée d’atteinte à fonctionnaire.

 

Ses avocats affirment qu’elle a été molestée lors de son arrestation. Le tribunal cantonal de l’Ariana a refusé, la demande déposée par les avocats, le 31 décembre demandant sa remise en liberté.

 

 

Jeudi 25 décembre 2014, Yassine Ayari, blogueur bien connu, a été arrêté à son arrivée à l’Aéroport Tunis Carthage et mis en prison en application du  jugement prononcé à son encontre par contumace, le 18 novembre de la même année, par le Tribunal militaire le condamnant  à 3 ans de prison  pour avoir diffamé des officiers et cadres du ministère de la Défense, publié des rumeurs pouvant provoquer la confusion chez les unités militaires…
Le CRLDHT demande instamment l’ouverture d’une enquête sur les violences subies par Inès Ben Othman et la punition des responsables de ces pratiques qu’on croyait à jamais révolues.


Nous partageons l’inquiétude de toutes les composantes de la société civile quant à l’usage répressif de l’article 125 organisant la Fonction publique. Nous refusons que la Justice soit instrumentée pour des règlements de compte personnels. Selon la loi, l’incarcération est l’ultime recours lorsque la personne incriminée constitue un danger, ce qui est loin d’être le cas en l’espèce.

S’agissant du cas Yassine Ayari, le CRLDHT s’élève contre le retour du harcèlement judiciaire des blogueurs et condamne le recours à des tribunaux militaires pour juger des civils. Au reste, c’est là une violation de la Constitution du 27 janvier 2014 qui stipule que les tribunaux militaires sont compétents dans les affaires militaires et nullement habilités à juger des civils.

Le CRLDHT demande en conséquence la libération de Yassine Ayari en attendant la tenue d’un procès civil équitable respectueux de la Constitution et des droits de la défense.

Tunis - Paris le 6 janvier 2015
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


CINE CLAP

Tournage Chronique d’une agonie, un nouveau film de Ayda Ben Aleya

Mahrez KAROUI - (La Presse).
 Rêves et désenchantement

On n’a pas encore eu…     Lire la suite...

ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

Powered by  MyPagerank.Net