Advertisement

Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 
 
 

 

 

 

 


 


 

 

 
 
 
 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 524
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 344
Jaquettes: 0
Mort de René Vautier, cinéaste engagé et anticolonialiste Version imprimable Suggérer par mail
 Le Monde.fr | 04.01.2015

Le cinéaste René Vautier, connu pour avoir filmé et été de tous les combats - contre l'occupant allemand, contre le colonialisme et la guerre d'Algérie, contre le racisme et le Front national, contre le capitalisme et les fermetures d'usines - est mort, dimanche 4 janvier en Bretagne, à l'âge de 86 ans, a indiqué sa famille.

Ce réalisateur à la vie mouvementée, qui a connu la fuite, la prison, la grève de la faim, les menaces et les condamnations, se revendiquait comme «le cinéaste français le plus censuré».
«AVOIR 20 ANS DANS LES AURÈS»
René Vautier était notamment l'auteur d'Afrique 50, court-métrage réalisé à 20 ans, devenu le premier film anticolonialiste du cinéma français. L'œuvre a été censurée pendant quarante ans et lui a valu une condamnation à un an de prison. Son regard s'est beaucoup porté sur la guerre d'Algérie, avec notamment Une Nation l'Algérie (1954), pour lequel il a été poursuivi pour «atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat», Algérie en flammes (1958).
En 1973, René Vautier entame une grève de la faim lorsque le film Octobre à Paris de son ami Jacques Panijel n'obtient pas de visa d'exploitation. Il obtient gain de cause au bout de 31 jours.

 

 

Lire l'article depuis sa source ICI

 

Biographie de René Vautier :

Né en 1928 à Camaret-sur-Mer, d’un père ouvrier d’usine et d’une mère institutrice, il mène sa première activité militante au sein de la Résistance en 1943, alors qu’il est âgé de 15 ans, ce qui lui vaut plusieurs décorations : Croix de guerre à 16 ans, responsable du groupe “Jeunes“ du clan René Madec, cité à l’Ordre de la Nation par le général Charles de Gaulle pour faits de Résistance (1944).


Après des études secondaires au lycée de Quimper, il est diplômé de l’Institut des Hautes Études Cinématographiques (IDHEC) en 1948, section réalisation.
En 1950, son premier fi lm, Afrique 50, chef-d’oeuvre du cinéma engagé, lui vaudra 13 inculpations et une condamnation de prison, pour violation du décret Pierre Laval (Ministre des colonies) de 1934. René Vautier est mis en prison militaire à Saint-Maixent, puis à Niederlahnstein en zone française d’occupation en Allemagne. Il sort en juin 1952. Afrique 50 reçoit la médaille d’or au festival de Varsovie.
Après plusieurs tournages en Afrique, il rejoint Tunis en 1957 où siège le gouvernement provisoire de la République algérienne et dont il va animer le service cinéma. Il sera donc à l’origine des premières bandes filmées dans les maquis algériens (Algérie en flammes entre autres).


Directeur du Centre Audiovisuel d’Alger (de 1962 à 1965), il y est aussi secrétaire général des Cinémas Populaires.
Il rentre en France et fonde en 1970 l’Unité de Production Cinématographique Bretagne (UPCB) dans la perspective de «filmer au pays». (source : Maghreb des films).


Filmographie de René Vautier :

1972 : Avoir Vingt ans dans les Aurès.
1974 : La Folle de Toujane - René Vautier (130’)
1975 : Quand tu disais, Valéry - René Vautier
1980 : Plogoff, des pierres contre des fusils (112’)

 

De droite à gauche : Zine (chef opérateur), Réné (réalisateur), Hamid (éléctricien), Moussiba (la script).

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


CINE CLAP

Tournage Chronique d’une agonie, un nouveau film de Ayda Ben Aleya

Mahrez KAROUI - (La Presse).
 Rêves et désenchantement

On n’a pas encore eu…     Lire la suite...

ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

Powered by  MyPagerank.Net