Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 
 
 

 

 

 

 


 


 

 

 
 
 
 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 524
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 139
Jaquettes: 0
Wajda, de Hayfaa Al Mansour au ciné-club de l’Association des Anciennes de la Rue du Pacha Version imprimable Suggérer par mail

 Par Ilhem Abdelkèfi - Responsable du ciné-club et critique cinématographique pour cinématunisien.com

 

Le ciné-club d’El Bachia pour sa séance du mois de novembre 2013, projette le film saoudien : Wajda de Hayfaa Al Mansour

 

Le vendredi 22 novembre 2013 à 15h,

 

A son local El Bachia, 29, rue El Koutbia (rue des Libraires près de la Mosquée Ezzitouna) à la médina de Tunis.

 

Comme à l’accoutumée, un débat suivra la projection

Fiche technique :

 

Réalisation : Haifaa al-Mansour1
Scénario : Haifaa al-Mansour
Montage : Andreas Wodraschke
Musique : Max Richter
Producteur : Gerhard Meixner et Roman Paul
Pays : Arabie Saoudite  - Allemagne
Genre : Drame
Durée : 1 h 38
Sortie : Allemagne : 15 août 2012
Internationale 2013

 

Avec :

 

  • Waad Mohammed : Wadjda
  • Reem Abdullah : la mère de Wadjda
  • Abdullrahman Al Gohani : Abdullah, le jeune voisin
  • Ahd : Mlle Hussa, la directrice de l'école
  • Sultan Al Assaf : le père de Wadjda

- Prix de la Critique Internationale - Festival de Venise 2012
- Meilleur Film Arabe et Prix d’Interprétation féminine
- Festival du Film de Dubaï 2012

 

 

Résumé :

 

Wadjda, dix ans, habite dans une banlieue de Riyad, capitale de l’Arabie Saoudite. Elle veut à tout prix un vélo, pour jouer avec son petit copain. Mais les vélos en Arabie Saoudite sont interdits aux femmes. Wadjda décide alors de trouver l’argent par ses propres moyens.
C’est une première, de fait, pour la réalisatrice, qui étonne par son aplomb tranquille, à l’image de son héroïne, qui sait obtenir ce qu’elle veut. Par son récit simple mais riche de détours inattendus, son aspect de fable réaliste, Wadjda rappelle les premiers films iraniens d’Abbas Kiarostami. On y découvre la vie d’une école, l’enseignement des versets chantés du Coran. Et, à travers la maman de Wadjda, ce que peut être l’existence d’une mère de famille qui travaille, ses rapports compliqués avec son mari. Plus doux qu’un réquisitoire, ce film encourage l’indépendance de la femme comme le droit à la différence. Et cela non sans humour. Un film sensible et intense.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

Powered by  MyPagerank.Net