Advertisement

Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 
 
 

 

 

 

 


 


 

 

 
 
 
 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 524
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 348
Jaquettes: 0
Rencontre internationale du film transsaharien Version imprimable Suggérer par mail

Le film de Jean Louis Bertucceli ''Les remparts d'argile'' projeté à Zagora

Les férus du 7ème Art à Zagora ont revisité récemment le film de Jean Louis Bertucceli "Les remparts d'argile", projeté dans le cadre de la  5ème édition de la Rencontre internationale du film transsaharien.


Après quarante ans de sa réalisation, le film revêt, selon son réalisateur présent lors de cette édition, toujours la même actualité et exprime les mêmes souffrances humaines de petites gens de la marge.

"La situation dans les villages de la marge n'a pas beaucoup changé, en dépit de cette révolution technologique qui a envahi ces espaces lointains et reculés", a déclaré à la presse M. Bertucceli.

Le film relate une histoire vraie qui s'est déroulée au sud de la Tunisie, où les ouvriers d'une carrière se sont soulevés du fait de leur sous payement.

Pendant 48 heures, les grévistes, menés par l'instituteur du village, tiennent tête aux forces de l'ordre qui finissent par s'avouer vaincus.

L'histoire est basée sur les notes d'une enquête ethnographique menée pendant les années 60 par le français Jean Duvignaud au sud de la Tunisie. Le tournage a eu lieu, dans le désert algérien, en focalisant sur deux volets, la grève et l'histoire d'une fille à sort inconnu.

Le réalisateur qui a préféré présenter une image signifiante au lieu d'un dialogue superflu a comblé ce manque par une musique et une poésie berbère dont les mots correspondent à la situation pénible des ouvriers.

"J'ai senti qu'il y avait un certain vide à combler, et j'ai essayé de remédier à cela par les chanson de Taous Amrouch qui rendait une sémantique harmonisée", a ajouté le réalisateur.

Né en 1942, Jean-Louis Bertucceli qui a une formation scientifique et musicale, travaille pour la télévision et réalise des courts-métrages entre 1964-69. Ce n'est qu'en 1970 qu'il entama sa carrière de réalisateur de longs-métrages avec "Remparts d'argile".

Son oeuvre évolua ensuite vers un cinéma moins personnel :
-Paulina 1880 (1972),
-"On s'est trompé d'histoire d'amour",
-"Docteur Françoise Gailland" (1976),
-"L'imprécateur" (1977).

Par : MAP
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

Powered by  MyPagerank.Net