Advertisement

Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 
 
 

 

 

 

 


 


 

 

 
 
 
 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 524
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 344
Jaquettes: 0
«Un ticket pour… Andrei Tarkovski» Version imprimable Suggérer par mail
 Le Ciné Club de Tunis organise chaque samedi à partir de 15 H durant le mois de février à la maison de la culture Ibn Khaldoun

Dans le cadre de la promotion de la culture cinématographique alternative et la diffusion d’un cinéma qui se distingue par son approche novatrice, le ciné-club de Tunis rend hommage à un militant de la liberté artistique, le réalisateur soviétique «Andrei Tarkovski» du 02 au 23 février 2013 en présentant 3 de ses films qui ont marqué son parcours ainsi qu’une séance d’analyse de ses œuvres.

 Pourquoi Andrei Tarkovski ?

Soviétique, exilé depuis 1983, Andreï Tarkovski, forme avec Serguei Paradjanov et Otar losseliani le trio de choc de la cinématographie d’U.R.S.S. des vingt dernières années. Mais, comme ses deux compatriotes, il n'a pas beaucoup tourné : huit films depuis 1960, dont six seulement dans son pays.
Sa décision de ne plus rentrer dans son pays repose sur des données complexes qui ont assez peu à voir avec le cas d'autres artistes dissidents. Car Tarkovski n'a jamais véritablement crié sa dissidence. Son cinéma n'en est pas un de contestation politique, mais le côté très personnel de son œuvre, la quête spirituelle qu'on y retrouve, de même que son imposant travail formel (qu'on a souvent taxé d'élitisme), ne s'accordent guère avec le communisme tel qu'on le pratique à Moscou.

Le cinéma de Tarkovski met en scène le conflit entre le spirituel et le matériel, la nature et le social, l'histoire et l'individu, abordant des questions aussi essentielles que le pouvoir de la mémoire, l'identité russe, le sens de l'art et l'aliénation de la vie moderne.
Les films de Tarkovski et les problématiques qui les sous tendent possèdent une pertinence universelle dépassant la dimension régionale et temporelle.
Chaque film au-delà du fictionnel tire son originalité d’une expérience intime du réalisateur.

Le programme est comme suit :

 Samedi 02 février 2013 :

 

Projection et débat du film :

 

Le miroir : Zerkalo

 

Fiche technique :
Réalisé par : Andreï Tarkovski
Scénario : Andreï Tarkovski, Alexandre Micharine
Interprétation : Margarita Terekhova, Philip Yankovski,
Ignat Daniltsev, Nikolaï Grinko…
Genres : Drame, Histoire
Pays d’origine : URSS
Date de sortie : 1974
Durée : 106 mn

Synopsis :
Aliocha est un cinéaste russe quarantenaire. Frappé par la maladie, en mauvais termes avec son épouse, incapable de communiquer avec son fils, il se rappelle… de sa maison d’enfance, de sa mère jeune, de leur abandon par un père poète, de la période de la guerre. A ses souvenirs se mêlent ceux de gens proches, la mémoire vivante d’une époque. C’est le film le plus autobiographique de Tarkovski.
«C'est l'histoire de ma mère et donc une partie de la mienne. Le film ne contient que des épisodes authentiques (…) C'est une confession. Nous avons une dette envers ceux qui nous ont donné la vie, l'amour : nous devons leur dire notre amour».
Andreï Tarkovski

 Samedi 09 février 2013 :

 

Projection et débat du film : Nostalghia

 

Fiche Technique :

 

Réalisé par : Andreï Tarkovski
Scénario : Andreï Tarkovski et Tonino Guerra
Production : RAI
Photo : Giuseppe Lanci
Musique : Debussy, Verdi, Wagner, Beethoven
Montage : Amadeo Salga, Erminia Marani
Pays d'origine : Italie
Durée : 130 minutes
Sortie : mai 1983 (Festival de Cannes)

 

Synopsis :


Un poète russe, Gortchakov, est à la recherche d'un compatriote compositeur qui a séjourné en Italie au XVIIIe siècle. Il est accompagné dans son voyage par une jeune interprète, Eugenia. Dans un village où se trouve une piscine thermale dédiée à sainte Catherine de Sienne, il fait la rencontre d'un ermite, Domenico, qui lui confie une tâche originale.

 Samedi 16 février 2013 :

 

Projection et débat du film : Le sacrifice

 

Fiche technique :
Réalisé par : Andreï Tarkovski
Avec : Erland Josephson, Susan Fleetwood, Allan Edwall, Gu•rún Gísladóttir, Sven Wollter, Valérie Mairesse, Filippa Franzén
Montage : Michal Leszczylowski , Andreï Tarkovski, Henri Colpi
Photographie : Sven Nykvist
Scénario : Andreï Tarkovski
Année : 1986
Pays : Suède, Royaume-Uni, France
Genre : Drame

Synopsis :


Sur une île suédoise, Alexander, lettré à la retraite, vit retiré avec son épouse anglaise et un enfant que tous appellent Petit Garçon. A l’occasion de son anniversaire, sa fille, un ami de la famille et Otto, le facteur de l’île les retrouvent dans la spacieuse demeure du couple. Ce jour-là, une guerre mondiale éclate, plongeant ce petit groupe dans la panique. Alexander apprend d’Otto, un ancien instituteur qui ne livre désormais le courrier que pour financer ses recherches sur le paranormal, qu’il y a sur l’île une sorcière, à même de réaliser les désirs purs de chacun. Si Alexander, au fond de lui, vraiment, veut la paix, il l’obtiendra pour le monde entier. Cette sorcière n’est autre que Maria, la bonne de cette famille bourgeoise.

 

 Samedi23 février 2013 :

 

Séance d’analyse des œuvres de Tarkovski avec la projection du film documentaire de Chris Marker

 

«Une journée d'Andreï Arsenevitch»

 

Année de sortie : 2000
Durée : 55 minutes
Un des 92 films documentaires de la série Cinéastes de notre temps réalisée par Chris Marker et débutée en 1966. Chaque film est consacré à une personnalité du monde du cinéma ou à un mouvement cinématographique. Le titre de l'épisode dédié à Tarkovski est un jeu de mot sur le titre du roman Une journée d'Ivan Denissovitch de l'écrivain dissident soviétique Alexandre Soljenitsyne.

 

Contact : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

Powered by  MyPagerank.Net