Advertisement

Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 
 
 

 

 

 

 


 


 

 

 
 
 
 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 524
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 344
Jaquettes: 0
Les secrets Version imprimable Suggérer par mail

http://www.letelegramme.com/images/2010/05/18/918751_7392796-1805secretsph-j120c.jpg

 

En cette semaine où le Festival de Cannes écrase tout, les sorties de nouveaux films se mesurent au compte-gouttes. «Les secrets» , drame familial à huis-clos, se détache de ce maigre lot.


Une mère et ses deux filles vivent dans une maison délabrée, abandonnée par ses propriétaires, ne sortant que pour gagner un peu d'argent et acheter de quoi survivre. Un jour, un jeune couple vient s'installer. Les femmes se cachent des intrus, de peur de se faire expulser, en les observant à leur insu. La rencontre, inévitable, aura d'étranges et dramatiques conséquences.

Famille cloîtrée

Depuis le César du jeune espoir qu'elle a obtenu en 2008 pour «La graine et le mulet», d'Abdellatif Kechiche, Hafsia Herzi, qui interprète ici Aïcha, la plus jeune des filles, montre une préférence pour des rôles exigeants dans des oeuvres difficiles. Elle n'hésite pas à faire des choix osés qui la rapprochent de ses origines. Pour ce film, elle a dû, en effet apprendre la langue de son père, le tunisien, qu'elle ne parlait pas avant ce tournage. Enfermé toute sa vie dans une existence quasi monacale, son personnage veut s'émanciper de cette condition. Elle et sa soeur aînée sont brimées dans leur éveil de la sensualité, oppressées par une mère qui se sert de la religion et de leur extrême pauvreté pour les garder sous sa coupe. Raja Amari, la réalisatrice de «Satin rouge», raconte l'histoire envoûtante d'une famille cloîtrée, là où la mère était autrefois employée comme domestique.

Conte de fée moderne et noir

Tourné en Tunisie, ce drame dresse le portrait de ces trois femmes liées par un secret qui les a ancrées dans ce lieu néfaste, et donne l'occasion à deux comédiennes inconnues, Soundos Belhassen et Wassila Dari, de faire leur première apparition à l'écran. Quelques moments d'humour absurde, comme l'aveuglement du couple face à ses co-locataires clandestines, allègent la gravité de cette entreprise particulière, définie par sa réalisatrice comme «un conte de fée moderne et noir». Dans ce film parfois dérangeant, un rasoir est un objet fascinant pour Aïcha qui s'en servira à la fois comme un outil de séduction et une arme pour se libérer.

André Rivier
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


CINE CLAP

Tournage Chronique d’une agonie, un nouveau film de Ayda Ben Aleya

Mahrez KAROUI - (La Presse).
 Rêves et désenchantement

On n’a pas encore eu…     Lire la suite...

ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

Powered by  MyPagerank.Net