Recherche

Dimanche 25 juin

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 
 
 

 

 

 

 


 


 

 

 
 
 
 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 507
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 488
Jaquettes: 0
Tournage - Le stade de Ala Eddine Slim: Dans l’univers nocturne de Tunis Version imprimable Suggérer par mail

Le jeune cinéaste et producteur Ala Eddine Slim vient de terminer récemment le tournage de son nouveau court métrage intitulé: Le stade. Après une première expérience professionnelle en 2007 à travers le court métrage L’automne, une fiction produite et réalisée avec un petit budget et en dehors des circuits traditionnels de production, le jeune cinéaste-producteur est parvenue en 2009 à décrocher l’aide à la production pour un nouveau projet de court métrage.

 

 

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-sjc1/hs085.snc3/15329_1443170963640_1364097833_1203220_2191861_n.jpg

 

 

Le premier coup de manivelle de cette deuxième fiction de Ala Eddine Slim a été donné dans l’enceinte du stade olympique 7 Novembre de Radès. C’est l’histoire d’un supporter revenant à la ville après la défaite de son équipe de football. Sur le chemin du retour, il rencontre un vieux chien qui va le suivre tout au long d’une nuit peu ordinaire à travers les rues de la ville de Tunis… «Le scénario de ce film se présente comme une suite logique et continue de mes deux précédents courts métrages: La nuit des rêveurs (projet de fin d’études) et L’automne, mon premier film professionnel», nous déclare d’emblée Ala Eddine Slim. Toute l’action du film se situe en l’espace d’une seule nuit et prend fin avec les premières lueurs de l’aube. Et le réalisateur d’ajouter:«En fait, je continue à explorer le paysage nocturne de la ville de Tunis. Les lumières de la ville constituent un volet très important dans la construction dramatique de l’histoire; que ce soit dans les scènes d’intérieur ou celles tournées dans les sombres ruelles de la capitale». C’est à bien des égards un thème de prédilection pour Ala Eddine Slim depuis son projet de fin d’études au sein de l’Isamm (Institut supérieur des arts de multimédia de La Manouba). Sauf que cette fois, l’auteur de La nuit des rêveurs dispose de plus de moyens pour aller plus loin dans sa recherche des nouvelles «possibilités esthétiques» qu’offre un centre-ville plongé dans la pénombre. En effet, ce projet avait déjà en 2007 bénéficié d’une aide à l’écriture au festival international du film francophone de Namur (Belgique). En 2009, il reçoit successivement le soutien du Panaf (Festival culturel panafricain d’Alger) et l’aval de la commission d’aide à la production du ministère de la Culture et de la Sauvegarde du patrimoine. Le film sera coproduit par Exit Productions (Tunisie) et Patio Prod (Algérie). Cette aisance financière devrait certainement offrir au réalisateur un certain confort dans sa démarche de création. Pour le casting, Ala Eddine Slim a fait appel à Fethi Akkari, un acteur professionnel confirmé qui ne dédaigne pas de jouer dans des courts métrages en particulier quand ils sont réalisés par de jeunes réalisateurs.
En témoigne sa prestation exceptionnelle dans le film de Malik Amara: Le poisson noyé aux côtés de Fatma Ben Saïdane et de Sondos Belhassen. «Au début, j’avais un peu peur même si je connais Fethi depuis déjà longtemps», avoue Ala Eddine Slim avant de poursuivre : « Je me suis demandé comment pourrais-je le diriger lui, qui enseigne déjà la direction d’acteur?Mais très vite, une grande complicité s’est installée entre nous et je dois reconnaitre qu’il m’a beaucoup aidé».
Quant aux principaux départements techniques, l’image et le son, ils ont été confiés respectivement au jeune chef opérateur Amine Messaâdi et à l’ingénieur du son Aymen Sahli. Le film est réalisé avec la Canon 5D, une petite caméra légère et très sensible. Le directeur de production Chawki Knis nous a annoncé qu’afin de s’assurer de la qualité finale du film, des essais de kinescopage (transfert sur support pellicule de 35 mm) ont été réalisés avant d’entamer le tournage. Le public pourra normalement découvrir le film lors des prochaines journées cinématographiques de Carthage (JCC 2010).

Mahrez KAROUI

Page Cinéma - journal La Presse 30-04-2010
http://www.lapresse.tn/supplement/dans-lunivers-nocturne-de-tunis.html
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


CINE CLAP

Tournage Chronique d’une agonie, un nouveau film de Ayda Ben Aleya

Mahrez KAROUI - (La Presse).
 Rêves et désenchantement

On n’a pas encore eu…     Lire la suite...

ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

Powered by  MyPagerank.Net