Advertisement

Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 
 
 

 

 

 

 


 


 

 

 
 
 
 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 524
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 262
Jaquettes: 0
Non-assistance à artiste en danger Version imprimable Suggérer par mail
Certains de nos créateurs (hommes de lettres, comédiens, cinéastes, auteurs et metteurs en scène dramatiques, peintres etc.) se fâchent lorsqu'un journaliste authentique et qui n'est à la solde de personne signale quelques faiblesses dans leurs œuvres ou trouve celles-ci franchement mauvaises.

 On les a tellement habitués aux articles dithyrambiques sur tout ce qu'ils produisent qu'ils se sont dangereusement surestimés et ont par ricochet sous-estimé les journalistes qui les avaient excessivement encensés.  Un de ces « paons » mégalomanes en mal de public ces derniers temps crut pouvoir réquisitionner à son service un homme de la plume qu'il a maintes fois sollicité pour des papiers complaisants sur ses productions. Celui-ci lui fit comprendre très gentiment qu'une telle sujétion serait mal vue par la direction de son journal et qu'il n'était pas lui-même du genre à la subir systématiquement. L'autre insista pour que « l'ami » publie un nouvel article élogieux dans l'espoir de ramener le public boudeur. En désespoir de cause, le journaliste finit par rédiger son papier dans lequel, pour une fois, il dit ce qu'il pensait réellement de la pièce et de son auteur. Ce n'étai ni tout à fait flatteur ni complètement défavorable. Il y avait juste de quoi alarmer l'artiste sur ce qui n'allait pas dans son œuvre et sur ce qu'il fallait faire à l'avenir pour se réconcilier avec ses admirateurs. Quel ne fut le désappointement du créateur en lisant l'article et il n'attendit pas longtemps pour appeler son auteur et le malmener comme il l'aurait fait avec un domestique désobéissant. Depuis cette date, la rupture est consommée entre les deux hommes et le plus frustré n'est pas du tout le journaliste qui a, aujourd'hui encore, le sentiment d'avoir au contraire servi honnêtement la cause de son « ami » en lui prodiguant très courtoisement les conseils dont il avait vraiment besoin. C'est en effet un devoir sacré du journaliste que de mettre le doigt sur les points faibles d'un travail sans pour autant dénigrer complètement son auteur. Certes, le journaliste n'a pas toujours la compétence requise pour critiquer toute œuvre littéraire ou artistique ; mais le savoir et la sensibilité dont il peut se prévaloir devant certaines créations l'habilitent suffisamment à donner son avis avec franchise sur les défauts de celles-ci. Tant pis si leurs auteurs ne le prennent pas au sérieux ; lui, il se sera au moins épargné l'accusation de non-assistance à artiste en danger !

Badreddine BEN HENDA   
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

Powered by  MyPagerank.Net