Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 
 
 

 

 

 

 


 


 

 

 
 
 
 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 524
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 108
Jaquettes: 0
La Giusta Distanza en ouverture de la IIe édition du Cinéma italien contemporain de Tunis Version imprimable Suggérer par mail
http://www.lapresse.tn/images/news/detail_news/94220Un long fleuve tranquille...
La IIe édition du Cinéma italien contemporain, un festival organisé par l'Institut culturel italien en Tunisie et Medefilm Festival Onlus a lieu actuellement au Mondial à Tunis.

L’ouverture de cet événement cinématographique qui a pour but de promouvoir le cinéma italien d’aujourd’hui dans notre pays s’est faite en toute simplicité et dans un calme quasi absolu (sic!). Le public, assez restreint pour une manifestation pareille, a assisté à la projection de La Giusta Distanza (La juste distance) de Carlo Mazzacurati, une production 2007. Ce film est marqué par la participation de l’acteur tunisien Ahmed Hafiène qui joue le rôle principal. Un artiste que nous avons connu dans Keswa de Kalthoum Bornaz, Poupées d’argile de Nouri Bouzid et dans de nombreuses fictions pour la télévision tunisienne.


L’histoire se passe dans Concadalbero, un petit village dans la vallée du Pô. Une bourgade calme et tranquille où rien de particulier ne se passe jusqu’au jour où débarque Mara, une jeune institutrice remplaçante qui devient objet de curiosité de tous. Une curiosité qui devient voyeurisme pour certains. Giovanni, un garçon de 18 ans, journaliste "clandestin" débutant et génie de l’informatique, réussit à pirater sa boîte mail, sans qu’elle ne s’en rende compte. Hassan Ben Chaieb, un garagiste tunisien sans histoires et bien intégré dans le village, vient chaque soir devant chez elle pour l’épier. Mais voilà qu’il est pris en flagrant déli. Au début, Mara  s’en méfie, mais finit par tomber amoureuse de lui. Quand il la demande en mariage, prise de panique, elle accélère les démarches pour son départ au Brésil dans le cadre d’une coopération. Un voyage qu’elle ne fera jamais, puisqu’on la retrouve deux jours après, dans le Delta, assassinée. Hassan est, de facto, inculpé. Il se suicide en prison en laissant à sa sœur une lettre où il déclare son innocence. Giovanni prend l’affaire en main et découvre au fil de son enquête une erreur judiciaire. Le vrai tueur est dévoilé.


Dans La Giusta Distanza, le réalisateur parle de l’expérience de l’altérité dans un coin reculé de la péninsule, avec tout ce qu’elle comporte de cohabitation, d’intégration, de racisme, de délit de faciès, de clandestinité… L’autre est accepté, intégré, mais cela ne l’empêche pas d’être toujours jugé selon sa race ou son ethnie. Le film aborde également, à travers le personnage de Giovanni, le métier de journaliste et de la "bonne distance" que ce dernier doit avoir avec les faits qu’il traite.


Néanmoins, si les sujets abordés dans ce drame sont intéressants, le traitement, lui, l’est beaucoup moins. Les personnages manquent de relief, l’histoire de suspense et de profondeur. Le rythme du film est monotone, ne dégageant pas de sensations fortes. On espère désespérément que quelque chose se passe, mais on reste sur notre faim.
Quant à  Ahmed Hafiène qui a campé le rôle de Hassan, il n’a pas réussi à notre avis à peindre la véritable image de l’immigré tunisien.


Espérons quand même que les autres films qui seront projetés dans le cadre de Cinéma italien contemporain de Tunis donneront une image meilleure de ce qu’on appelle le "nouveau cinéma italien".

 

 

 

 

Asma A.          

 

Source : La Presse        

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


CINE CLAP

Tournage Chronique d’une agonie, un nouveau film de Ayda Ben Aleya

Mahrez KAROUI - (La Presse).
 Rêves et désenchantement

On n’a pas encore eu…     Lire la suite...

ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

Powered by  MyPagerank.Net