Advertisement

Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 
 
 

 

 

 

 


 


 

 

 
 
 
 

BIENTOT ICI

 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 524
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 322
Jaquettes: 0
MULTIM…DIA - Festival d'art et de culture digitale berlinois Version imprimable Suggérer par mail
MULTIMÉDIA - Festival d’art et de culture digitale berlinois
Trois Libanais « conspirent » à la Transmediale.08

Le rendez-vous en vogue à ne pas manquer pour les amateurs d’art et de médias est le festival international multimédia Transmediale, qui a lieu chaque année dans la capitale allemande. Sous l’appellation « Conspire », Transmediale.08 souhaite examiner les méthodes et les stratégies de la création contemporaine, et explorer les nouvelles formes d’expression dans l’univers digital... Ricardo Mbarkho, Joanna Hadjithomas et Khalil Joreige sont les trois Libanais qui participent à cette 21e édition qui se tient au Haus der Kulturen der Welt (Maison des cultures du monde).

Du 29 janvier au 3 février 2008, le festival Transmediale, désormais appelé Festival for Art and Digital Culture, explore l’influence des médias et de la technologie sur l’art et la société. Avec cet événement qui a pris beaucoup d’envergure au fil des années, le monde virtuel de l’art digital sort de son carcan purement informatique pour s’exposer sous toutes les coutures à Berlin. Ce rendez-vous incontournable des arts numériques, qui a fait ses premiers pas jadis en tant que modeste « festival de vidéo » dans le cadre du Festival international du film de Berlin, en est déjà à sa 21e édition.
Sous le slogan « Conspire »…, la Transmediale.08 « complote » avec les artistes et les créateurs média, invite les anticonformistes et les sociétés secrètes à s’opposer aux règles invisibles et aux codes des structures globalisées de la communication et de la pensée.
Au programme, des films et des vidéos, des conférences animées par des scientifiques internationaux et des performances expérimentales, qui explorent les infinies voies créatrices des nouveaux médias et supports du XXIe siècle.
Ricardo Mbarkho présente sa vidéo Arameans. Une œuvre de 3 minutes, 36 secondes qui « questionne la mobilité du peuple araméen dans le contexte social libanais, et cela à travers l’exemple d’une femme assyrienne victime d’une explosion (parmi tant d’autres) à Beyrouth, indique le réalisateur. Depuis qu’ils ont quitté l’Irak, jusqu’à leur départ de la Syrie, les Araméens qui tiennent leur langue et leur religion sont-ils encore poursuivis par le terrorisme au Liban ? »
Né à Beyrouth en 1974, Mbarkho enseigne la vidéo et les nouveaux médias à l’Académie libanaise des beaux-arts. Son travail concerne l’identité et l’appartenance dans l’environnement sociopolitique libanais et moyen-oriental. Il expose et donne des conférences dans de nombreux festivals, expositions et universités à travers le monde, dont ARS Electronica et le World Summit Contributory Conference on ICT & Creativity (Autriche), la Cinémathèque (Canada), Guislain Mollet-Viéville et le Cube (France), Cinema Black Box (Allemagne), le Centre culturel de Sousse (Tunisie), Atelier d’Alexandrie et l’Université d’Alexandrie (Égypte). Mbarkho est curateur et cocurateur de plusieurs programmations vidéo qui montrent des positionnements d’artistes libanais, comme au Festival de film et vidéo de création (Liban), et à la galerie B-312 (Canada).
Joanna Hadjithomas et Khalil Joreige y donnent à voir leur Histoire d’un photographe pyromane, Wonder Beirut ou sur les transformations urbanistiques qu’ont connues la capitale et la « Riviera » libanaises.
Ce projet, déjà présenté à plusieurs reprises à Beyrouth, est basé sur des négatifs de photographies kitsch datées des années 60-70. Ils ont été brûlés conformément aux bombardements et aux batailles de rues puis photographiés et agrandis après chaque brûlure. La déliquescence du matériau photographique symbolise celle du tissu urbain. Mais plus qu’un symbole, l’image incorpore la guerre en la mêlant à sa substance physique. Tant sur la photographie que dans la réalité photographiée, les destructions présentent des données topographiques identiques. Ainsi, l’image entretient avec la ville une relation métonymique.
L’œuvre entière de Joanna Hadjithomas et Khalil Joreige, composée d’installations, de photographies, de vidéos, de documentaires et de fictions, est traversée par une interrogation sur la mémoire et l’histoire ; une histoire récente qui, dans le cas du Liban, est complètement liée à la guerre de 15 ans qui a ravagé le pays.

M.G.H.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


ABONNEZ-VOUS À NOS CHAINES

 

À VOS AGENDAS ! PROCHAINS FESTIVALS


FESTIVAL CINÉBANLIEUE

12ème édition du 8 au 17 novembre 2017.

 

FESTIVAL DES CINÉMASD'AFRIQUE DU PAYS D'APT (84) FRANCE

15èmeédition du 10 au 17 novembre 2017.

 

FESTIVAL DES CINEMAS D’AFRIQUE DE BESANÇON

17ème édition du 11 au 19 novembre 2017

 

FESTIVAL DES 3 CONTINENTS DE NANTES

39ème édition du 21 au 28 novembre 2017.

 

RENCONTRES D'AFLAM À MARSEILLE

5ème édition du 22 au 26 novembre 2017.

 

FESTIVAL DU FILM FRANCO-ARABE DE NOISY-LE-SEC

6ème édition du 24 novembre au 5 décembre 2017.

 

 

 

FESTIVAL DU CINÉMA MÉDITERRANÉEN DE BRUXELLES

17ème édition du 1er au 8 décembre 2017.

 

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM ARABE DE GABÈS (FIFAG)

3ème édition du 22 au 28 avril 2018.

 

CINE CLAP

Tournage Chronique d’une agonie, un nouveau film de Ayda Ben Aleya

Mahrez KAROUI - (La Presse).
 Rêves et désenchantement

On n’a pas encore eu…     Lire la suite...

ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

QUI EST EN LIGNE

Il y a actuellement 3 invités en ligne

Powered by  MyPagerank.Net