Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 
 
 

 

 

 

 


 


 

 

 
 
 
 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 524
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 357
Jaquettes: 0
«Al hayett thakafia» : Le cinéma tunisien sur la sellette Version imprimable Suggérer par mail

Le dernier numéro d’Al hayett thakafia du mois de décembre 2008 est paru sous le thème «Le cinéma et les enjeux de la modernité».

Dans ce numéro 198, les critiques de cinéma parlent de l’Etat des lieux du 7e art, tout en évoquant quelque peu les lacunes à combler dans ce domaine.

 


A commencer par Hédi Khelil qui écrit une analyse ayant pour titre «Le cinéma tunisien : les problèmes et les difficultés». Dans ce raccourci, le spécialiste explique qu’il n’est pas question d’accuser l’Etat ou le public ou encore les critiques, lorsqu’on parle des problèmes qui minent de l’intérieur le domaine du cinéma en Tunisie. Hédi Khelil met sur le banc des accusés les spécialistes qui, dans leurs ?uvres, s’attellent à la seule réalité et croient à tort que seul un cinéma qui parle de nos problèmes socio-économiques et politiques a droit à la réussite.
Kamel Ben Wanès pose la problématique de l’identité culturelle dans le cinéma, à l’ère de la mondialisation. Mounir Falleh, lui, brosse le tableau riche du cinéma tunisien. «La critique du cinéma tunisien de A à Z», tel est le titre de cet écrit qui passe en revue les différentes facettes du cinéma en évoquant, par là-même, quelque noms de spécialistes entre critiques et réalisateurs de la trempe de Nouri Bouzid, Samira Dami, Taieb Ouhichi, Hamadi Abassi, Mohamed Mahfoudh, Khemais Khayati, Neila Gharbi, Tahar Chriaa et Tahar Chikhaoui, etc. Sans oublier de traiter brièvement de la question du public, des clubs de cinéma et bien d’autres aspects du cinéma dans notre pays.


Youssef Bahri met en valeur le livre de Hédi Khelil sorti en 2006 «Abécédaire du cinéma tunisien» qui traite de notre cinéma jusqu’en ses paradoxes. Il évalue par ailleurs ce livre en le comparant à d’autres écrits comme celui signé par Victor Bachi, «Le cinéma de Tunisie» édité en 1978. Dans la foulée, Mansour Khedimallah décortique l’ouvrage de Tahar Chriaa «Ecrans d’abondance ou cinéma de libération en Afrique».


Cette édition du périodique regorge de sujets non moins importants autour du cinéma. On en cite «La problématique de l’image entre recherche orientaliste et art moderne» de Nooman Gmech, ou «L’expérience cinématographique tunisienne et le rôle des jeunes» de Onsi Yousfi ou encore, «Le pôle technologique et industriel du cinéma et de l’audiovisuel de Gammarth», etc.
Les rubriques fixes ne sont pas en reste, puisqu’on lit dans ce numéro, comme à l’accoutumée, des critiques littéraires et des nouvelles.

M.B.G.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >


ECOUTEZ FRANCE MAGHREB 2

Powered by  MyPagerank.Net