Advertisement

Rejoignez-nous !

Propulsé par HelloAsso

Recherche

Sample Image

Dans les salles

le 5 décembre

 

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Cinéma tunisien
FenÍtre sur l'autre Version imprimable Suggérer par mail
FESTIVALS ET RENCONTRES

Nuits cinématographiques de Nabeul - Tunisie

 

Nabeul - spécial.

Du talent et de la passion : C'est ce qui a animé les jeunes cinéastes du Cap Bon lors de la deuxième édition des nuits cinématographiques de Nabeul. Organisé par l'association des cinéphiles de la région du 25 au 30 juillet à l’espace Sidi Slimane, ce festival présidé par le jeune Anis Lassoued constitue désormais une tradition locale et un acquis de taille pour le 7ème art à Nabeul.

 
´ Il va pleuvoir sur Conakry ª, prix ´ Ousmane SembËne ª au Maroc Version imprimable Suggérer par mail
ACTUALITÉ
Le long métrage guinéen du réalisateur Cheikh Fantamady Camara, «Il va pleuvoir sur Conakry », s’est adjugé samedi soir le Grand prix «Ousmane Sembène » de la onzième édition du Festival du cinéma africain de Khouribga (100 km à l’est de Casablanca).
 
YOUSSEF CHAHINE, LE PREMIER A DIRE «JE» DANS LE CINEMA ARABE Version imprimable Suggérer par mail
ACTUALITÉ

2008-07-27 21:18:49

 

PARIS (AFP) — Figure de proue du cinéma égyptien, Youssef Chahine a su s’éloigner du genre codifié des mélodrames populaires pour tourner une oeuvre enracinée dans l'histoire de son peuple tout en se racontant à la première personne, une démarche inédite dans le cinéma arabe.


Chahine est «le produit d'une industrie, d'un vrai cinéma national, le Hollywood arabe», affirme à l'AFP le critique de cinéma Thierry Jousse, qui, en 1996, a dirigé un numéro spécial des Cahiers du cinéma consacré au cinéaste.

 
BALUFU BAKUPA KANYINDA, CINEASTE (RDC) : ìUne úuvre universelle et immortelleî Version imprimable Suggérer par mail
ACTUALITÉ
« (...) En 1997, aux Rencontres cinématographiques de Dakar (Recidak), à la veille de mon retour à Paris, il m’envoya sa 2 CV qui traversait la ville en "titubant" comme l’infortuné Marigot et sa porte... Puis, silencieux, il me regarda manger le délicieux repas cuisiné par sa mère.
 
DJIBRIL DIOP MAMBETY Version imprimable Suggérer par mail
ACTUALITÉ
23 janvier 1945-23 juillet 1998 : Vie et mort d’un démiurge du septième Art
 
<< Début < Précédente 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 Suivante > Fin >>

Résultats 3131 - 3140 sur 3347


 

Powered by  MyPagerank.Net