Recherche

Votre publicité ici


Sortie en France
le 3 juin 2015
TUNIS TOUT COURT
DU 21 AU 23 MAI 2015

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

Nos partenaires

 

 

 

 

 

 

 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage
Interviews
ABDELAZIZ BEN MELOUKA, PRODUCTEUR TUNISIEN, À L’EXPRESSION Version imprimable Suggérer par mail

 «La Tunisie doit soutenir le cinéma algérien»


 

12 Juillet 2010

Nous l’avons rencontré au siège de sa société de production (Dumar Films-CTV Services), lors d’une rencontre conviviale avec toute l’équipe du film tuniso-algérien «Les Palmiers blessés» de Abdellatif Ben Ammar.



L’Expression : Expliquez-nous comment vous est venue l’idée de vous associer à l’Algérie ?

A. Ben Melouka : De toute façon, on est obligé maintenant. La situation du cinéma tunisien ou magrébin fait que nous sommes obligés de travailler ensemble et de coproduire ensemble. Le cinéma tunisien n’est plus à la mode. C’est terminé. Les caisses de l’Europe ne sont plus accessibles.

 
 
Interview / Mohamed Challouf (Réalisateur tunisien) Version imprimable Suggérer par mail

 «Pourquoi j’ai fait un film sur Tahar Chériaa»

La projection de «Tahar Chériaa, à l’ombre du baobab», un documentaire réalisé par Mohamed Challouf, a été sans contexte l’un des moments forts de la 25ème session des Journées cinématographiques de Carthage, qui se sont déroulées du 29 novembre au 7 décembre dernier.

 

Dans cet entretien, Mohamed Challouf revient sur les motivations qui l’ont poussé à faire ce film qui rend hommage à  l’un des monuments du cinéma tunisien et africain.

 
Entretien avec Lotfi Layouni, producteur Version imprimable Suggérer par mail

 Entretien conduit par Salem TRABELSI — La Presse du 05-01-2015

 

Lotfi Layouni, producteur : Sensibiliser les chaînes de télé aux productions tunisiennes

Lotfi Layouni est producteur de cinéma mais aussi l’un des membres de la chambre syndicale des producteurs de films longs métrages.

 

Il a été à l’origine de la manifestation «hors champs» organisée parallèlement aux JCC. Entretien

 
KELTOUM BORNAZ : «Je suis respectueuse du Coran et n’attaque personne» Version imprimable Suggérer par mail

 O. HIND — L'expressiondz.com — 17 Octobre 2009

Nous l’avons rencontrée au Festival du film arabe de Fameck où elle est venue présenter son film «L’autre moitié du ciel» (2008).

Le cinéma arabe ose. Il hausse le ton, se libère d’autant qu’il dit tout haut ce que d’aucuns pensent tout bas... la vérité tout simplement. Et une partie d’elle est traitée dans ce film, par une femme, la réalisatrice tunisienne, Keltoum Bournas. C’est parce qu’elle vient toucher à un précepte du Coran qu’elle est attaquée de toutes parts. Et pourtant, la réflexion et le doute font partie de l’être humain, ils sont propres à l’homme intelligent qui réfléchit, a fortiori sur les inégalités de l’héritage entre un garçon et une femme, à notre époque en particulier. Pourquoi tant de choses évoluent et d’autres non? Keltoum Bournas, qui revient de loin, a accepté de nous parler de son film, ayant fait l’objet de moult tracasseries... le tout raconté avec un sourire charmant digne des personnes qui ne reculent jamais devant un obstacle.

 

 
Sawssen Maalej : J’ai envie de passer derrière la caméra… Version imprimable Suggérer par mail

 Propos recueillis par N. Azouz in www.jetsetmagazine.net

Interviews | Publié le 28.08.2013

 

JS : Nous nous sommes rencontrés il y a 10 ans après le feuilleton Hsabat ou 3kabet, au moment où vous deviez commencer une nouvelle expérience au théâtre. Puis on vous a vu comme chroniqueuse, comédienne… vous êtes une artiste polyvalente mais est ce que vous avez un domaine de prédilection ?

S.M : c’est vrai j’ai fait de la télé, du cinéma, de la radio, j’ai touché à tout avant de pouvoir faire mon choix, maintenant je me considère plus comme actrice de cinéma.

JS : Vous êtes une des rares artistes qui a su jongler entre différents rôles sans vous cantonner dans une image précise. Est-ce voulue ?

S.M : oui j’essaie toujours de varier les genres et les personnages, car pour moi un comédien qui joue toujours le même rôle n’est pas réellement un comédien et je fais bien la distinction entre acteur et comédien.
Le métier d’acteur ne m’intéresse pas vraiment c’est plutôt celui du comédien qui me correspond car ce dernier est appelé à avoir une palette, à varier, à avoir un point de vue certes mais aussi à servir tous les personnages quelque soit leurs histoires.

 

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 Suivante > Fin >>

Résultats 10 - 18 sur 66


Actualité en contenu

TUNIS TOUT COURT, 9ÈME ÉDITION

 La 9ème édition de «Tunis Tout Court» les 21, 22 et 23 mai 2015

L’Association Tunisienne pour la Promotion de la…     Lire la suite...

Vos critiques

Critique de la semaine

Dowaha, de Raja Amari
Par Hédi Dhoukar

Bande annonce


Warda de Mahmoud Jemni

cinematunisien.com sur facebook

Rejoignez notre groupe cinematunisien !

CINE CLAP

Tournage Chronique d’une agonie, un nouveau film de Ayda Ben Aleya

Mahrez KAROUI - (La Presse).
 Rêves et désenchantement

On n’a pas encore eu…     Lire la suite...

Powered by  MyPagerank.Net