Advertisement

Rejoignez-nous !

Propulsé par HelloAsso

Recherche

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

NOS PARTENAIRES

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Interviews
HEND SABRI : «FLEUR D'ALEP, MON RETOUR TANT ATTENDU AU CINÉMA TUNISIEN» Version imprimable Suggérer par mail

  Entretien conduit par Salem TRABELSI — La Presse de Tunisie du 07-12-2015

 

Après près de sept ans d’absence, Hend Sabri signe son retour au cinéma tunisien avec le film de Ridha El Béhi   Fleur d’Alep  dont le tournage prendra fin d’ici quelques jours.  Nous avons rencontré la comédienne tunisienne sur le plateau. Entretien.

 
Kaouther Hamri, jeune cinéaste : Un film zéro budget Version imprimable Suggérer par mail

  Mardi 25 Août 2015

Faiza Messaoudi

 

Warda, Fleur du bain, un film très court de la jeune cinéaste Kaouther Hamri. Cette artiste a été primée pour son film court métrage durée une minute, au Festival de Film Femme de Créteil en France.

 

 
Zahira Ben Ammar : «J’ai contracté le virus du théâtre à 16 ans» Version imprimable Suggérer par mail
 Mona BEN GAMRA — Le Quotidien | Publié le 19.05.2009

Zahira a l’art de la mimique, du clin d’œil à vous emmener dans son univers, à coups d’interprétations à caractère. Elle les distille avec cette voix inchangée et personnelle à la fois onctueuse, acidulée et vivifiante. Sensuelle aussi.

Zahira Ben Ammar et le théâtre, c’est une longue histoire. Voilà 20 ans de vie de scène. Il y a bien longtemps, elle y était venue du théâtre scolaire lorsqu’elle participait à une pièce théâtrale au lycée Carnot. «A l’époque, je n’avais que 16 ans et depuis, j’ai contracté le virus du théâtre. J’ai pu réaliser un véritable tour de force.
 
RENCONTRE AVEC ZAHIRA BEN AMMAR Version imprimable Suggérer par mail
 Mohamed MAGHREBI — La Presse - Week-end du 27 août 1989

 

Je suis faite pour le théâtre

Dans cette brève rencontre, Zahira Ben Ammar dresse un bilan de son parcours théâtral et évoque d'autres préoccupations artistiques, immédiates et futures.


Seulement, il serait difficile de dissocier l'éclat de la scène des soucis de l’antichambre.

Au portrait de la comédienne de talent, au regard rebelle, répond un autre : celui d’une femme soucieuse de confirmation.

 
FATHI HADDAOUI : Le cinéma manichéen est dangereux Version imprimable Suggérer par mail

 Syphax magazine — Octobre 2014.

 

Qu’y a-t-il de commun entre des personnages aussi dissemblables que Mustapha, dans le film «Khmis Achiya», et Abou Sofiane dans «Omar» ? Rien, sinon qu’ils sont portés par le talent de Fathi Haddaoui, adepte des personnages ambivalents et pourfendeur du cinéma manichéen à l’égyptienne.


Acteur prolifique, directeur de festival et producteur, ce fils de famille modeste rend ici hommage au théâtre scolaire de ses débuts et plaide pour le théâtre pour tous.

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 10 - 18 sur 84


 

Powered by  MyPagerank.Net