Advertisement

Recherche


Sortie en Tunisie
le 11 avril 2016

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

Nos partenaires


 
 
 
 
 
 

 
 
 

 

Films Tunisiens

Court métrage
Long métrage

Stats

Films: 468
Critiques: 2
Bandes annonce:
Commentaires: 61750
Jaquettes: 0
Interviews
«Zarzis» de Mohamed Zran: «Face à face entre tradition et modernité» ! Version imprimable Suggérer par mail
http://www.infotunisie.com/wp-content/uploads/2009/10/mhammed-zran2-225x300.jpgAyant suivi un parcours scientifique à Paris en matière de sciences cinématographiques, le réalisateur tunisien, natif de Zarzis en 1959, Mohamed Zran a dans son gibier plusieurs courts et longs métrages, fiction et documentaires, dont les deux longs métrages « Saida » (1996) et « le Prince » (2004). Depuis, il n’a pas cessé de faire preuve de création et de professionnalisme. La preuve en est le prix du meilleur réalisateur pour son film documentaire « Zarzis », au festival cinématographique international du Moyen-Orient d’Abou Dhabi.
 
ENTRETIEN AVEC LE RÉALISATEUR TUNISIEN FADIL DJEZIRI Version imprimable Suggérer par mail

  «Il faut continuer à lutter pour préserver nos acquis»
Metteur en scène, compositeur et réalisateur du film Trente, il est actuellement présent au Festival du film arabe de Fameck (France), où nous l’avons rencontré.

Votre film Trente pèche par un certain excès d’une forme de théâtralité dans le geste des personnages. Est-ce voulu?
Fadil Djeziri: Le personnage parlait dans une langue de scribe qui est une langue assez châtiée comme chez les Zeytouniens d’une manière générale. Donc ce style, je ne l’ai pas choisi. Il s’est imposé à moi. 

 
Interview avec Hend Sabri Version imprimable Suggérer par mail

 

http://www.jetsetmagazine.net/images/magazine/1253612701_max.jpg


 

+ Racontez-nous votre vision sur votre métier d’actrice au début de votre carrière et maintenant ?

Au début, je me voyais beaucoup plus courageuse, j’ai pris beaucoup de risques quand j’ai commencé, ce n’était pas encore la mode des comédiennes libanaises et tunisiennes au Caire. Quand je suis partie, j’étais presque la seule et c’était très dur au début, c’était un marché très étanche, j’ai pris le risque de vivre loin de ma famille et de mes amis, j’étais un peu plus insouciante.
Maintenant, je suis beaucoup plus posée, beaucoup plus calme, moins nerveuse et je pense plus aux répercussions de mes actes, je suis moins impulsive.

 
Entretien: Ali Louati, scénariste de «Acheq assarab» (Amoureux du mirage) sur Canal 21 Version imprimable Suggérer par mail
http://www.essahafa.info.tn/archives/archvies_dhad/2/pdf/ecrivains/ali_louati.gif« Le délire en art, comme la révolte contre la stagnation, est l'apanage d'une vraie jeunesse... »
Ils étaient très nombreux les téléspectateurs à suivre et à aimer le feuilleton télévisé diffusé sur Canal 21 durant la première moitié de ramadan. Il s'agit de « Acheq assarab » (Amoureux du mirage), scénario de Ali Louati, réalisation de Habib Mselmani.
 
RENCONTRE AVEC UN JEUNE REALISATEUR : SAMED HAJJI Version imprimable Suggérer par mail
PORTRAIT de Samed HAJJI,
auteur du film documentaire : «SABIHA» (Tunisie, 2008)

UN REVE D’ENFANT DEVENU REALITE

Par Noura BORSALI
 


Affiche du film

Il n’a que 21 ans et des poussières. Natif de Bizerte, il est étudiant en 3è année «Informatique musicale» à l’Institut supérieur de musique de Sousse. Il a choisi de se spécialiser en mixage de musique et de films. «J’aime la musique et le cinéma», confie-t-il, lui l’amateur de guitare, jouant avec ses cordes comme on joue avec les sons. Samed poursuit : «J’ai voulu faire des études de cinéma mais j’ai trouvé une filière plus proche qui est l’étude du son. Nous sommes dans une époque des films sonores où le son acquiert de plus en plus d’importance comme le bruitage, les effets sonores». Son choix est clair : faire de la réalisation.
C’est ainsi qu’il suivit une formation dans ce domaine dans Al Jazeera training center et s’adonna, en tant qu’amateur, à «quelques petites expériences» -précise-t-il- avec la caméra en réalisant des courts métrages comme «Premier étage». Simple exercice personnel sans y associer le public. La formation d’un mois qu’il a suivie à Qatar dans le cadre de la chaîne  Al Jazeera lui a permis de réaliser, en collaboration avec un jeune Saoudien, un film documentaire sur le marché populaire qatari, le dernier survivant dans cette ère de «modernisation». Le film sera projeté par quelques chaînes arabes.
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Suivante > Fin >>

Résultats 37 - 45 sur 77


ECOUTER

cinematunisien.com sur facebook

CINE CLAP

Tournage Chronique d’une agonie, un nouveau film de Ayda Ben Aleya

Mahrez KAROUI - (La Presse).
 Rêves et désenchantement

On n’a pas encore eu…     Lire la suite...

Powered by  MyPagerank.Net